BDSM, consentement et abus

De quoi parle-t-on ?

Le BDSM est un mode de relation entre aux moins deux personnes consentantes. C’est une vision extrêmement simpliste, mais en gros l’une choisit volontairement d’obéir à l’autre pour être guidée vers quelque chose qui lui plaît. Il y a bien trop de modes de fonctionnement pour les traiter de manière exhaustive, même si j’étend un peu le sujet ici.

De l’autre côté il y a l’abus : l’une des deux personnes dominent tout ou presque tout, le libre arbitre de la victime est piétiné et décrédibilisé. Notez bien qu’il n’y a pas besoin d’être dans une relation de type BDSM pour subir des abus, la plupart des choses dont je vais parler s’appliquent parfaitement à des couples « vanilles » ! On parle également de violences sexuelles non consentis… Et il y en a beaucoup.

Le consentement

Il s’agit de ce que veulent les personnes en jeu. Soyez d’accord avec ce que vous êtes en train de faire, ou ce qui vous est infligé. Ce consentement peut parfois être tacite ou exprimé clairement, mais en aucun cas il n’est donné pour tout. Une soumise qui accepte d’être soumise n’accepte pas forcément « tout » et elle n’a pas à le faire. Toi qui me lis, tu peux retirer ton consentement à tout moment dans une relation saine. En BDSM on se sert souvent de checklist BDSM pour réfléchir à tout ça.

Une image vaut mieux qu’un long discours

Dans ce cas, trois images, c’est sûrement encore mieux : 

bdsm-vs-abus-1.1bdsm-vs-abus-1.2

EGxSVlWX0AAOpKj

Avec des mots, et des phrases

Comme dirait Aly (ou est-ce son maître ?) « La bienveillance, la confiance, la transparence, l’écoute et le respect sont nos mots d’ordres. Cinq mots, une main, une fessée sur ton cul. » Merci de tes conseils pour la réalisation de cet article et des infographies.

Dans le BDSM sain, il doit régner une bienveillance permanente. Oui la soumise s’abandonne, mais elle le fait parce-que des règles ont été établies, qu’elle a confiance en son dominant et que celui-ci va rester strictement dans le cadre établis. À tout moment les deux partenaires doivent être à l’écoute l’un de l’autre. Pour cette raison notamment, lors de la découverte de nouveaux jeux je déconseille fortement le bâillon (voir l’article Comment débuter une relation BDSM ?). Enfin, n’ayez pas peur de demander à l’autre si tout va bien, c’est crucial, surtout lors de nouvelles pratiques. Nous avons la vie entière pour s’amuser, si vous n’êtes pas sûr, ne faites pas : ce n’est que partie remise ! Dans un autre article je parlerais des mes erreurs… Au final, la plupart sont basées sur un manque de dialogue ou une précipitation et je les regrette. Prenez votre temps.

La confiance ? Elle se mérite.

Au sein d’un couple, normalement on a confiance en l’autre. Lorsqu’il s’agit d’être attachée intégralement et de ne plus pouvoir bouger, pour potentiellement être baisée et / ou fouettée : la confiance prend une définition radicale. Apprenez à faire confiance à l’autre, mais retirez cette confiance si nécessaire, avancez doucement. Si quelqu’un se présente à vous comme « maître(sse) » et vous ordonne immédiatement d’obéir, passez à quelqu’un d’autre.

Autre article en cours de rédaction : des présentations de films sur le BDSM. Jusqu’ici je n’en trouve aucun qui soit propre d’un point de vue du consentement : aidez-moi, donnez-moi vos propositions !

Tutoriel shibari n°9 : Fixer solidement une corde à un axe

Article de encordee.com, précision en bas.

Fixer solidement une corde à un axe

Le nœud, appelé surliure, que nous allons réaliser ici est utilisé pour fixer très fortement une corde à un axe, par exemple un bambou. Il maintient la corde en place et l’empêche de coulisser.

Le principe consiste à réaliser des tours les plus serrés possible autour de l’axe et à terminer en bloquant ces tours de façon à ce qu’une traction exercée sur le brin libre maintienne la tension sur l’ensemble du nœud.

Commencez par plier la corde comme le montre l’illustration. La longueur du brin court doit, à partir de l’endroit où la corde est pincée entre l’index et le pouce, permettre de faire au minimum 5 fois le tour de votre axe (plus vous ferez de tour, mieux la corde tiendra le long de votre axe).

Faites passer le brin court sous le brin long et veillez à maintenir ensemble les 2 brins qui forment la boucle (ici tenus par la main droite).

Maintenez désormais le croisement des 2 brins avec votre autre main et faites le tour de votre axe avec le brin court.

Nous voyons ici la boucle initiale, les 2 brins qui sont le long du bambou, le passage du brin court sous le brin long et enfin un premier tour du bambou avec le brin court.

Notons que pour les besoins de la photo, la main gauche ne maintient plus la corde sur le bambou. Dans la pratique, si vous faites cela, vous aurez toutes les chances de rater votre nœud car il ne sera pas assez serré.

Continuez ainsi à faire des tours les plus serrés possible autour de l’axe.

Lorsqu’il ne vous reste plus assez de longueur pour faire un tour complet, introduisez le bout de la corde dans la boucle …

… et tenez-la fermement de façon à ce la tension autour de l’axe ne se relâche pas. Avec votre autre main, saisissez le bout libre et commencez à tirer sur la corde.

La boucle se referme progressivement et vient enserrer le brin qui a fait les tours. Tirez très fermement jusqu’à ce que l’ensemble de votre nœud soit totalement bloqué.

Les spirales autour du bambou exercent une telle pression que la corde ne peut plus coulisser le long de l’axe.

Tant que vous exercez une force de traction sur le brin long, le nœud ne pourra se défaire et la tension bloquera la corde sur l’axe.

Si vous voulez défaire le nœud, relâchez la tension sur le brin long et tirez sur le brin court de façon à faire réapparaître la boucle. Il ne vous reste plus alors qu’à défaire les spirales.

Ainsi que l’illustre cette photo, ce nœud est aussi très utile pour lier les cheveux en queue de cheval et les tirer fermement en arrière sans risque de voir les cheveux glisser progressivement au dehors.

En revanche, il ne faut jamais utiliser ce nœud sur le corps (que ce soient les bras, les jambes, etc …) car la pression exercée est telle que vous obtiendriez à coup sûr un garrot !

Sur le corps, utilisez uniquement le nœud de bondage.

Cette article est intégralement issu du site "http://www.encordees.com", une mine d'information extraordinaire dont j'avais fais une sauvegarde à des fins personnels. Ce site semble avoir disparu. J'ai essayé de contacter les propriétaires afin de savoir si je pouvais mettre en ligne des articles. Après plusieurs messages sans réponse je me permets de mettre en ligne pour continuer l'oeuvre débutée : aider.  Si vous avez d'autres moyens de contacter les rédacteurs, merci de me le dire ! Si vous êtes le propriétaire du site et que vous souhaitez que je retire l'article ou que je continue de les partager, merci de m'écrire.

Tutoriel bondage 8 : bâillon DIY

Article de encordee.com, précision en bas.

Réalisation d’un bâillon

Nous allons réaliser un bâillon très efficace et solide à l’aide d’une simple corde. Pliez votre corde en S à peu près vers son milieu comme le montre l’illustration ci-dessus.

baillon_00

Faites passer un brin au-dessus de l’autre en formant une petite boucle. C’est ce brin qui va servir à faire les spires qui vont constituer le bâillon

baillon_01

En tenant entre vos doigts le départ de votre nœud (ici à l’aide de la main droite), commencez à enrouler fermement le brin autour des 2 cordes du pliage initial

Continuez ainsi à enrouler le brin en serrant toujours fermement vos tours. Aidez-vous de votre autre main pour assurer la régularité des spires

Lorsque la longueur des spires vous semble suffisante pour faire un bon bâillon…

… passer le brin dans la boucle initiale

Tenez maintenant les spires dans l’autre main afin que l’ensemble du bâillon garde sa forme régulière et tirez progressivement sur le brin opposé. La boucle initiale commence à se refermer

Petit à petit la boucle initiale se referme et vient emprisonner le brin qui a formé les différentes spires. Veillez à bien tenir ces spires dans votre main afin qu’elles ne se chevauchent pas

Replacez au besoin les spires de façon à ce qu’elles soient bien régulières et tendez une dernière fois les 2 brins

Le bâillon est terminé et il ne vous reste plus qu’à le nouer autour de la tête de votre partenaire.

Cette article est intégralement issu du site "http://www.encordees.com", une mine d'information extraordinaire dont j'avais fais une sauvegarde à des fins personnels. Ce site semble avoir disparu. J'ai essayé de contacter les propriétaires afin de savoir si je pouvais mettre en ligne des articles. Après plusieurs messages sans réponse je me permets de mettre en ligne pour continuer l'oeuvre débutée : aider.  Si vous avez d'autres moyens de contacter les rédacteurs, merci de me le dire ! Si vous êtes le propriétaire du site et que vous souhaitez que je retire l'article ou que je continue de les partager, merci de m'écrire.