Atelier shibari 12 : Sakuranbo

Article de encordee.com, précision en bas.

Bondage pas à pas

Après le haut du corps, nous allons décrire en détail la réalisation d’un autre classique, mais cette fois-ci destiné au bas du corps : le sakuranbo, qui est adapté au self bondage.

Nous allons réaliser une version un peu plus sophistiquée de ce bondage car nous allons à nouveau utiliser une corde d’environ 8 mètres, pliée en 2 (le sakuranbo dans sa version courante se fait avec environ 3 mètres de corde). Le diamètre utilisé ici est du 6 mm. On peut utiliser du 8 mm mais du fait des passages successifs entre les jambes, il vaut mieux utiliser un faible diamètre.

Réalisation du Sakuranbo

Tout d’abord, il faut faire le tour de la taille et passer le bout libre de la corde pliée dans la boucle du milieu de la corde.

Bonpas02_00

Afin d’éviter que la corde ne se resserre de trop autour de la taille, nous faisons un simple noeud au passage de la corde dans la boucle. Attention au sens de ce noeud : l’idéal est qu’en sortie de noeud, la corde libre se dirige vers le bas. Si ça rate, inversez le sens de votre noeud.

La corde est ensuite passée entre le jambes …

… pour rejoindre la corde faisant le tour de la taille. Le passage se fait alors derrière la corde de la taille.

Puis la corde repart vers l’avant en passant entre les fesses …

… pour rejoindre, en s’écartant entre les jambes, l’avant de la corde qui fait le tour de la taille. Le passage se fait à nouveau derrière la corde de taille.

L’ensemble des 2 passages avant – arrière entre les jambes doit être tendu, mais sans excès.

Jolie !

La corde est à nouveau repassée entre les cuisses, en suivant le passage précédent, c’est-à-dire en écartant les brins.

Après le passage entre les fesses, on suit la courbe de ces dernières pour écarter les brins et les passer à nouveau sous la corde qui fait le tour de la taille.

Afin d’éviter que la corde ne se déplace sur la taille, on fait un point de friction très simple en réalisant une petite boucle autour de la corde qui remonte depuis les fesses et on descend le long de la cuisse.

Le tour de la cuisse débute en bloquant la corde à peu près au niveau du bas des fesses. La corde est alors enroulée par l’avant aurour de la cuisse …

… et rejoint la corde descendante en passant sous la fesse. On entame alors un second tour de la cuisse, mais en sens inverse c’est-à-dire d’arrière en avant.

C’est pas mal déjà non ?

La corde rejoint par l’avant la boucle qui a été créée lors du premier passage.

La corde passe dans la boucle …

… et remonte le long de la corde descendante, vers la corde qui fait le tour de la taille. Elle fait le tour de cette dernière par le dessus.

Puis un noeud simple est réalisé autour des différentes cordes pour bloquer l’ensemble.

La longueur en excès est enroulée autour de la corde de la taille, comme nous l’avons déjà vu faire dans le premier bondage pas à pas.

La même manipulation est réalisée autour de l’autre jambe. Faites bien attention de respecter le sens des passages qui doit être le même autour des 2 jambes.

Le résultat vu de l’arrière …

… et de l’avant.

Comme pour le premier bondage pas à pas, nous avons réalisé ici une variante d’un classique. A vous de la modifier pour obtenir de nombreuses autres combinaisons sur cette base.

Bonpas02_17

Cette article est intégralement issu du site "http://www.encordees.com", une mine d'information extraordinaire dont j'avais fais une sauvegarde à des fins personnels. Ce site semble avoir disparu. J'ai essayé de contacter les propriétaires afin de savoir si je pouvais mettre en ligne des articles. Après plusieurs messages sans réponse je me permets de mettre en ligne pour continuer l'oeuvre débutée : aider.  Si vous avez d'autres moyens de contacter les rédacteurs, merci de me le dire ! Si vous êtes le propriétaire du site et que vous souhaitez que je retire l'article ou que je continue de les partager, merci de m'écrire.

Tuto bondage 11 : Shinju

Article de encordee.com, précision en bas.

Réalisation pas à pas du Shibari Shinju

Pour inaugurer cette rubrique de Bondages Pas à Pas, nous vous proposons un classique de base, désigné par le terme de Shinju. Il s’agit d’une sorte de soutien-gorge, un bondage de seins.

Nous allons utiliser une corde d’environ 8 mètres, pliée en 2.

Vous placez votre partenaire de dos, les bras pliés en arrière et les poignets superposés.

Nous allons commencer par lier les poignets ensemble.

Prenez la corde par la pliure et faites 2 fois le tour des poignets ainsi rassemblés.

Bonpas01_00

Après avoir fait 2 tours autour des poignets, un noeud plat est réalisé afin de maintenir les poignets liés. A ce niveau, il est inutile de serrer fortement les poignets, la rigidité du bondage étant assurée par la suite.

La corde est ensuite amenée sur le bras pour effectuer un premier tour de la cage thoracique.

Attention

Nous avons vu des personnes réaliser ce bondage en passant simplement la corde dans la boucle médiane pour lier les poignets, de façon à ne pas avoir de nœud à faire. Nous déconseillons fortement cette pratique. En effet, dans le cas où un problème surviendrait, il serait impossible de libérer rapidement les mains de votre sujet. La solution que nous présentons ci-dessus permet au contraire, en défaisant simplement le nœud des poignets, de rendre instantanément à votre partenaire l’usage de ses mains.

Pour information : le nœud réalisé dans la photo ci-dessus n’est pas un nœud plat mais un noeud que nous qualifierons, à défaut de mieux, de noeud de bondage.

Bonpas01_01

La corde est maintenue au centre dos d’une main tandis que l’autre main la fait passer par devant sous les seins.

Nous voyons ici le premier passage de corde sur le devant qui est fait sous les seins.

La corde, qui vient de faire un premier tour du corps, est passée sous la montée initiale et l’ensemble est mis en tension modérée, puis un second tour du corps est entrepris, en sens inverse et cette fois-ci au-dessus des seins.

Après ce second passage autour de la cage thoracique et au-dessus des seins, la corde est ramenée derrière pour être passée sous l’un des départs initiaux.

La moitié…

Ce point de fixation étant fait, la corde est ramenée au-dessus d’une des épaules …

… pour rejoindre l’avant du corps.

La corde est passée sous la corde du bas et ressort du même côté.

Elle est ensuite remontée au-dessus de l’épaule opposée de façon à créer un motif habituel.

Puis, à l’arrière, la corde est repassée sous les cordes qui partaient pour faire le tour du corps.

Il suffit alors de faire une simple boucle pour fixer l’ensemble.

Le noeud plat étant serré, l’ensemble du bondage est maintenant stabilisé et il est inutile de continuer à rajouter des noeuds. D’une part le résultat ne serait pas vraiment esthétique, et d’autre part, en cas de problème, défaire plusieurs noeuds n’est jamais souhaitable. Il va donc falloir se débarrasser élégamment de cet excès de corde (et sans utiliser de ciseaux si vous voulez re-utiliser votre corde !).

Une solution consiste simplement à enrouler la longueur en excédent autour d’une corde déjà positionnée. En l’occurrence, c’est ce qui est fait ici en se servant de la partie qui remonte depuis les poignets.

Résultat

Le résultat vu de dos. Les brins de corde qui restaient ont été simplement enroulés et coincés entre les cordes montantes. Aucun noeud supplémentaire n’est nécessaire.

Le résultat vu de face. Faites une dernière vérification des passages de cordes et les derniers ajustements en prenant au besoin un peu de recul pour vérifier la symétrie des passages de corde.

A partir de cette base, vous pouvez réaliser de nombreuses variantes en modifiant par exemple la façon de passer la corde entre les seins.

Cette explication vous a plu, ne vous pas plu. Vous n’avez pas compris un point. Vous souhaitez des informations complémentaires … Faites-nous part de vos commentaires via notre formulaire de contact.

Cette article est intégralement issu du site "http://www.encordees.com", une mine d'information extraordinaire dont j'avais fais une sauvegarde à des fins personnels. Ce site semble avoir disparu. J'ai essayé de contacter les propriétaires afin de savoir si je pouvais mettre en ligne des articles. Après plusieurs messages sans réponse je me permets de mettre en ligne pour continuer l'oeuvre débutée : aider.  Si vous avez d'autres moyens de contacter les rédacteurs, merci de me le dire ! Si vous êtes le propriétaire du site et que vous souhaitez que je retire l'article ou que je continue de les partager, merci de m'écrire.