Tutorial shibari 13 : Shinju variante 1 (tuto bondage seins facile)

.Article de encordee.com, précision en bas.

Réalisation pas à pas du Shibari Shinju avec une variante

 

Nous allons réaliser une variante du Shinju, tutoriel bondage des seins dont une version de base est décrite dans la première leçon pas à pas.

Nous allons, comme pour toutes les leçons précédentes, utiliser une corde d’environ 8 mètres, pliée en 2.

Vous placez votre partenaire de dos et faites un premier tour du torse, le passage de la corde se faisant sous les seins.

Dans le dos, vous faites passer la corde dans la boucle du milieu et remontez vers l’épaule (faites attention au sens, la corde repart du coté d’où elle vient).

Tutorial shibari 13 : Shinju variante 1 (tuto bondage seins facile)

 

La corde passe au-dessus de l’épaule et repart immédiatement dans le dos.

Attention à ne pas trop serrer les passages successifs de façon à ce que nous puissions ensuite réaliser le motif caractéristique de ce bondage.

Tutorial shibari 13 : Shinju variante 1 (tuto bondage seins facile)

 

La corde qui vient de faire le tour de l’épaule est ramenée vers l’arrière de façon à repasser dans la boucle du milieu …

Tutorial shibari 13 : Shinju variante 1 (tuto bondage seins facile)

 

… d’où elle part pour faire le tour de l’autre épaule.

Tutorial shibari 13 : Shinju variante 1 (tuto bondage seins facile)

 

La corde fait le tour de l’épaule et repart dans le dos… Puis passe encore une fois dans la boucle du milieu …

Tutorial shibari 13 : Shinju variante 1 (tuto bondage seins facile)

 

… et repart vers l’avant mais en passant cette fois-ci sous le bras, au-dessus du sein.

Remarquez comme les différents passages de corde ne sont pour le moment pas vraiment serrés.

Tutorial shibari 13 : Shinju variante 1 (tuto bondage seins facile)

 

Construction du motif

La corde vient passer sous le passage de corde de l’épaule opposée et redescend entre les seins …

Tutorial shibari 13 : Shinju variante 1 (tuto bondage seins facile)

 

… passe sous le passage initial autour du torse, remonte vers le passage de corde de l’autre épaule …

Tutorial shibari 13 : Shinju variante 1 (tuto bondage seins facile)

 

… avant de repartir finalement vers l’arrière en passant au-dessus du sein opposé.

Tutorial shibari 13 : Shinju variante 1 (tuto bondage seins facile)

 

Arrivé au niveau de la boucle du milieu, l’ensemble est stabilisé avec un simple noeud qui enserre les différents départs de corde.

Le bondage du torse est terminé. Nous allons maintenant nous occuper des bras.

Tutorial shibari 13 : Shinju variante 1 (tuto bondage seins facile)

 

Maintenant ramenez les bras en arrière. Utlisez la longueur restante de votre corde pour faire des tours successifs des poignets ou des avant-bras.

Tutorial shibari 13 : Shinju variante 1 (tuto bondage seins facile)

 

Dans l’exemple ci-dessus, nous avons réalisé 2 tours des avant-bras et ne disposons plus d’assez de corde pour effectuer un tour supplémentaire.

Tutorial shibari 13 : Shinju variante 1 (tuto bondage seins facile)

 

Pour finir, nous allons donc réaliser un noeud plat pour assurer le bondage des bras.

Tutorial shibari 13 : Shinju variante 1 (tuto bondage seins facile)

 

La petite longueur résiduelle est enroulée autour d’un précédent passage de corde. (comme nous l’avons déjà pratiqué dans les bondages précédents).

Tutorial shibari 13 : Shinju variante 1 (tuto bondage seins facile)

 

Le bondage terminé vu de trois-quart …

Tutorial shibari 13 : Shinju variante 1 (tuto bondage seins facile)

 

… et de face.

Comme pour les précédents bondages, nous avons réalisé ici une figure de base avec seulement 8 mètres de cordes. Rien ne vous empêche ensuite de complexifier les passages et d’utiliser par exemple 2 couleurs de cordes pour agrémenter votre réalisation.

Tutorial shibari 13 : Shinju variante 1 (tuto bondage seins facile)

Tous les autres articles du tutoriels de shibari : https://intime-photographie.fr/bondage-shibari

Cette article est intégralement issu du site "http://www.encordees.com", une mine d'information extraordinaire dont j'avais fais une sauvegarde à des fins personnels. Ce site semble avoir disparu. J'ai essayé de contacter les propriétaires afin de savoir si je pouvais mettre en ligne des articles. Après plusieurs messages sans réponse je me permets de mettre en ligne pour continuer l'oeuvre débutée : aider.  Si vous avez d'autres moyens de contacter les rédacteurs, merci de me le dire ! Si vous êtes le propriétaire du site et que vous souhaitez que je retire l'article ou que je continue de les partager, merci de m'écrire.

 

Plusieurs tutoriels de bondage en vidéo

La demande est lourde pour les tutoriels de bondage, donc j’ai regardé dans mes archives et trouvé deux vidéos de tutoriel de shibari pas à pas (enfin plus ou moins…)

 

 

Mais je ne suis pas sûr que les vidéos pour adulte s’affichent si on n’est pas inscrit. Inscrivez vous en soutenant le site en passant par ici : https://lbry.tv/$/invite/@Bondage_and_shibari_tutorials:e

Comment faire un lavement anal ?

Le lavement dans le cadre BDSM

Suite à une discussion sur le forum, j’aborde aujourd’hui la question du lavement anal et particulièrement dans le cadre D/s. Il y a ici globalement deux raisons au lavement :

  • Soit le côté humiliant de celui-ci, pratiqué par ou avec la personne dominante (Clystérophilie, klysmaphilie, ou enema en anglais)
  • L’envie de se sentir propre avant une sodomie ou des jeux avec l’anus (doigts, plugs etc)…
  • Ou bien les deux !

Je ne vais pas parler des détails concernant la sodomie, même si c’est intéressant ce n’est pas le sujet du présent article

En quoi ça consiste ?

Schématiquement, le principe est d’injecter de l’eau dans le rectum par l’anus, dans le but d’éliminer les traces de selles. Ce texte n’est pas un conseil médical. Dans divers cas il n’est pas conseillé d’effectuer un lavement : troubles cardiaques sévères, grossesse, intervention chirurgicale récente de l’abdomen, hémorroïdes, fissures anales ou saignements intestinaux par exemple. Si vous avez un doute, abstenez-vous et demandez à un médecin avant.

L’intestin est fait comme ceci, le rectum, notre fameuse salle de jeu est en rouge.

Intestin et rectum

Si on veut être plus précis, réalisons un zoom sur la zone qui nous intéresse :

Rectum expliqué

Il n’est pas nécessaire, ni souhaitable de rincer plus haut en dehors d’un protocole médical établi.

Avec quels outils ?

  • Le Bock à lavement c’est à dire un réservoir, et un tuyau. Il m’est arrivé d’utiliser une casserole et un tuyau souple acheté en magasin de bricolage, le diamètre est à prendre petit et il faut avoir un embout pour la fin par confort et pour éviter les coupures
  • Le sac à lavement, plus ou moins identique au bock, mais en poche souple (image au-dessus)
  • La poire à lavementPoire à lavement

 

  • D’un point de vue historique, il y a aussi le Clystère  sorte de grosse seringue… Pour des jeux, pourquoi pas, si vous en trouvez !

 

Préparations préalables

Il faut être dans un état d’esprit calme, serein. Sinon les muscles lisses autour de l’anus et plus profondément peuvent se crisper et vous n’obtiendrez rien de bon. Prévoir quand même suffisamment de temps : disons une demi-heure à une heure. Bien plus si vous prévoyez de jouer ensuite.

  • Préparation de la solution de lavage :
    • Prendre 2 litres d’eau.
    • Ajouter environs 18 grammes de sel de table (soit 9 grammes par litre d’eau).
    • Remuer jusqu’à ce que ce soit dissout. Faire chauffer avant ou après, la température doit être proche de 37°C à un degré près en entrant dans le corps
    • Variantes : Certains mettent une poignée de camomille, calmant, à la place (pas essayé). D’autres mettent du lait (ça gaspille un peu, mais je ne vois pas le mal d’un point de vu biologique). D’autres encore du café : attention la muqueuse est perméable, la caféine va rentrer dans le corps de la personne et c’est d’ailleurs le but puisque la caféine dilate les sphincters et rend le tout plus difficile à « retenir ».milk enema porn gif, Ass, Babes, Blonde sex gif

Faire le plein

D’une manière générale, la position dans laquelle on est le mieux c’est « À 4 pattes », on peut également se mettre sur le dos jambes fléchies (pieds sur le sol) ou sur le côté jambes relevées. Durant toute la procédure il faut y aller doucement, et parler en permanence. La personne aura le sentiment d’être remplie, c’est normal. Mais ça ne doit pas être douloureux.

Avec le bock
  • Placer le bock en hauteur, avec l’eau dedans, plus il sera haut plus ça va couler rapidement, trop bas cela sera lent ou même ça peut ne pas couler. Plus votre tuyau est long plus l’eau se refroidira avant de rentrer…
  • Faire couler l’eau pour enlever tout l’air du tuyau
  • Introduire la canule dans l’anus avec un peu de lubrifiant
  • Ouvrir doucement le robinet, puis plus grand. On peut mettre jusqu’à 1 litre.
  • Se masser doucement le ventre si vous voulez
  • Gardez, ou pas, avant de vous libérer aux toilettes, ou ailleurs.

Avec une poire à lavement
  • Appuyer sur la poire pour vider l’air
  • Plonger la canule dans l’eau et relâcher : l’eau rentre dans la poire.
  • Remettez la poire en position verticale et appuyer de nouveau pour enlever l’air, dès que l’eau sort, arrêter
  • Remettre la canule dans l’eau et finir le remplissage (cette étape permet de vider tout l’air de la poire, sinon il y a possibilité de mettre de l’air dans le rectum, et ce n’est pas ce qu’on veut).
  • Introduire la canule dans l’anus, toujours avec du lubrifiant
  • Appuyer doucement sur la poire pour la vider, et remplir la personne
  • Vous pouvez renouveler l’opération, pour remplir de plus en plus, avant de vider.

Vous pouvez faire entre 2 et 4 fois le processus, le but est que ce qui coule soit clair, propre. Restez en contact en permanence, à deux, surveillez le regard les micro-émotions de la personne qui se fait remplir. Parlez, demandez si tout va bien. De l’eau peut sortir pendant une vingtaine de minutes.

soumise attachée en lavement

La mention spéciale « danger »

Certains prennent directement de l’eau, voire utilisent des adaptateurs à mettre sur le tuyau de la douche. Je le déconseille pour plusieurs raisons. Déjà, il me semble compliqué dans ces conditions de bien gérer la 

lavement douche adaptateur

température : trop chaud provoquerait des brûlures, trop froid et c’est la crampe assurée. La pression ensuite : une trop grande pression pourrait faire remonter l’eau et des matières trop haut : rappelez-vous, on vise juste l’entrée. Enfin, une autre trop peu riche en sels minéraux pourrait causer également des crampes.

Je le dis pour d’autres pratiques, c’est le cas ici aussi : pourquoi ne pas essayer sur vous, avant ?

Et le BDSM ?

Pour les bases, c’est tout bon. Mais, et la domination là-dedans ? Pour certain(e)s, subir un lavement sera déjà largement assez humiliant comme ça. Pour d’autres, et c’est au dominant de juger, on peut agrémenter la séance…

  • Faire porter un collier
  • Mettre différents liquides (voir plus haut)
  • Ordonner à la soumise de dire « remplie-moi » avant de le faire
  • Obliger à demander avant de se libérer
  • La regarder pendant qu’elle se vide, voir la tenir par les cheveux comme une chienne. Pour le premier lavement, néanmoins, il peut y avoir une odeur, à vous de voir.
  • L’autoriser à jouir, mais seulement si elle est pleine.
  • La prendre après l’avoir remplie d’eau. Exquis… Elle se concentre pour ne rien perdre pendant que vous barbotez dans une douce chaleur de son cul déjà plein.

lavement soumise japonaise aquarium

 

Le conseil du Dominant malin :

Les poires et autres sont bien moins chères en magasin santé / paramédicale qu’en sexshop de la rue ou sur internet

Si vous avez des questions, des remarques, d’autres idées pour agrémenter l’article : allez y en commentaire, ou bien il y a déjà un post sur notre forum : https://intime-photographie.fr/forums/hygiene-securite-psychologie/la-sodomie-questions-pratiques mais vous pouvez tout à fait en ouvrir un autre.

Japanese Bondage Rope Slaves / PictIcon MXA53F (10)

 

 

Atelier shibari 12 : Sakuranbo (bdsm au quotidien)

Article de encordee.com, précision en bas.

Bondage pas à pas

Après le haut du corps, nous allons décrire en détail la réalisation d’un autre classique, mais cette fois-ci destiné au bas du corps : le sakuranbo, qui est adapté au self bondage.

Nous allons réaliser une version un peu plus sophistiquée de ce bondage car nous allons à nouveau utiliser une corde d’environ 8 mètres, pliée en 2 (le sakuranbo dans sa version courante se fait avec environ 3 mètres de corde). Le diamètre utilisé ici est du 6 mm. On peut utiliser du 8 mm mais du fait des passages successifs entre les jambes, il vaut mieux utiliser un faible diamètre.

Réalisation du Sakuranbo

Tout d’abord, il faut faire le tour de la taille et passer le bout libre de la corde pliée dans la boucle du milieu de la corde.

Bonpas02_00

Afin d’éviter que la corde ne se resserre de trop autour de la taille, nous faisons un simple noeud au passage de la corde dans la boucle. Attention au sens de ce noeud : l’idéal est qu’en sortie de noeud, la corde libre se dirige vers le bas. Si ça rate, inversez le sens de votre noeud.

La corde est ensuite passée entre le jambes …

… pour rejoindre la corde faisant le tour de la taille. Le passage se fait alors derrière la corde de la taille.

Puis la corde repart vers l’avant en passant entre les fesses …

… pour rejoindre, en s’écartant entre les jambes, l’avant de la corde qui fait le tour de la taille. Le passage se fait à nouveau derrière la corde de taille.

L’ensemble des 2 passages avant – arrière entre les jambes doit être tendu, mais sans excès.

Jolie !

La corde est à nouveau repassée entre les cuisses, en suivant le passage précédent, c’est-à-dire en écartant les brins.

Après le passage entre les fesses, on suit la courbe de ces dernières pour écarter les brins et les passer à nouveau sous la corde qui fait le tour de la taille.

Afin d’éviter que la corde ne se déplace sur la taille, on fait un point de friction très simple en réalisant une petite boucle autour de la corde qui remonte depuis les fesses et on descend le long de la cuisse.

Le tour de la cuisse débute en bloquant la corde à peu près au niveau du bas des fesses. La corde est alors enroulée par l’avant aurour de la cuisse …

… et rejoint la corde descendante en passant sous la fesse. On entame alors un second tour de la cuisse, mais en sens inverse c’est-à-dire d’arrière en avant.

C’est pas mal déjà non ?

La corde rejoint par l’avant la boucle qui a été créée lors du premier passage.

La corde passe dans la boucle …

… et remonte le long de la corde descendante, vers la corde qui fait le tour de la taille. Elle fait le tour de cette dernière par le dessus.

Puis un noeud simple est réalisé autour des différentes cordes pour bloquer l’ensemble.

La longueur en excès est enroulée autour de la corde de la taille, comme nous l’avons déjà vu faire dans le premier bondage pas à pas.

La même manipulation est réalisée autour de l’autre jambe. Faites bien attention de respecter le sens des passages qui doit être le même autour des 2 jambes.

Le résultat vu de l’arrière …

… et de l’avant.

Comme pour le premier bondage pas à pas, nous avons réalisé ici une variante d’un classique. A vous de la modifier pour obtenir de nombreuses autres combinaisons sur cette base.

Bonpas02_17

Cette article est intégralement issu du site "http://www.encordees.com", une mine d'information extraordinaire dont j'avais fais une sauvegarde à des fins personnels. Ce site semble avoir disparu. J'ai essayé de contacter les propriétaires afin de savoir si je pouvais mettre en ligne des articles. Après plusieurs messages sans réponse je me permets de mettre en ligne pour continuer l'oeuvre débutée : aider.  Si vous avez d'autres moyens de contacter les rédacteurs, merci de me le dire ! Si vous êtes le propriétaire du site et que vous souhaitez que je retire l'article ou que je continue de les partager, merci de m'écrire.

Tuto bondage des seins 11 : Shinju (comment attacher soumise)

Article de encordee.com, précision en bas.

Réalisation pas à pas du Shibari Shinju

Pour inaugurer cette rubrique de Bondages Pas à Pas, nous vous proposons un classique de base, désigné par le terme de Shinju. Il s’agit d’une sorte de soutien-gorge, un bondage de seins.

Nous allons utiliser une corde d’environ 8 mètres, pliée en 2.

Vous placez votre partenaire de dos, les bras pliés en arrière et les poignets superposés.

Nous allons commencer par lier les poignets ensemble.

Prenez la corde par la pliure et faites 2 fois le tour des poignets ainsi rassemblés.

Bonpas01_00

Après avoir fait 2 tours autour des poignets, un noeud plat est réalisé afin de maintenir les poignets liés. A ce niveau, il est inutile de serrer fortement les poignets, la rigidité du bondage étant assurée par la suite.

La corde est ensuite amenée sur le bras pour effectuer un premier tour de la cage thoracique.

Attention

Nous avons vu des personnes réaliser ce bondage en passant simplement la corde dans la boucle médiane pour lier les poignets, de façon à ne pas avoir de nœud à faire. Nous déconseillons fortement cette pratique. En effet, dans le cas où un problème surviendrait, il serait impossible de libérer rapidement les mains de votre sujet. La solution que nous présentons ci-dessus permet au contraire, en défaisant simplement le nœud des poignets, de rendre instantanément à votre partenaire l’usage de ses mains.

Pour information : le nœud réalisé dans la photo ci-dessus n’est pas un nœud plat mais un noeud que nous qualifierons, à défaut de mieux, de noeud de bondage.

Bonpas01_01

La corde est maintenue au centre dos d’une main tandis que l’autre main la fait passer par devant sous les seins.

Nous voyons ici le premier passage de corde sur le devant qui est fait sous les seins.

La corde, qui vient de faire un premier tour du corps, est passée sous la montée initiale et l’ensemble est mis en tension modérée, puis un second tour du corps est entrepris, en sens inverse et cette fois-ci au-dessus des seins.

Après ce second passage autour de la cage thoracique et au-dessus des seins, la corde est ramenée derrière pour être passée sous l’un des départs initiaux.

La moitié…

Ce point de fixation étant fait, la corde est ramenée au-dessus d’une des épaules …

… pour rejoindre l’avant du corps.

La corde est passée sous la corde du bas et ressort du même côté.

Elle est ensuite remontée au-dessus de l’épaule opposée de façon à créer un motif habituel.

Puis, à l’arrière, la corde est repassée sous les cordes qui partaient pour faire le tour du corps.

Il suffit alors de faire une simple boucle pour fixer l’ensemble.

Le noeud plat étant serré, l’ensemble du bondage est maintenant stabilisé et il est inutile de continuer à rajouter des noeuds. D’une part le résultat ne serait pas vraiment esthétique, et d’autre part, en cas de problème, défaire plusieurs noeuds n’est jamais souhaitable. Il va donc falloir se débarrasser élégamment de cet excès de corde (et sans utiliser de ciseaux si vous voulez re-utiliser votre corde !).

Une solution consiste simplement à enrouler la longueur en excédent autour d’une corde déjà positionnée. En l’occurrence, c’est ce qui est fait ici en se servant de la partie qui remonte depuis les poignets.

Résultat

Le résultat vu de dos. Les brins de corde qui restaient ont été simplement enroulés et coincés entre les cordes montantes. Aucun noeud supplémentaire n’est nécessaire.

Le résultat vu de face. Faites une dernière vérification des passages de cordes et les derniers ajustements. Prenez au besoin un peu de recul pour vérifier la symétrie des passages de corde.

A partir de cette base, vous pouvez réaliser de nombreuses variantes en modifiant par exemple la façon de passer la corde entre les seins.

Cette explication vous a plu, ne vous pas plu. Vous n’avez pas compris un point. Vous souhaitez des informations complémentaires … Faites-nous part de vos commentaires via notre formulaire de contact.

Cette article est intégralement issu du site "http://www.encordees.com", une mine d'information extraordinaire dont j'avais fais une sauvegarde à des fins personnels. Ce site semble avoir disparu. J'ai essayé de contacter les propriétaires afin de savoir si je pouvais mettre en ligne des articles. Après plusieurs messages sans réponse je me permets de mettre en ligne pour continuer l'oeuvre débutée : aider.  Si vous avez d'autres moyens de contacter les rédacteurs, merci de me le dire ! Si vous êtes le propriétaire du site et que vous souhaitez que je retire l'article ou que je continue de les partager, merci de m'écrire.

Tuto bondage 10 : attacher poignets et chevilles (noeud de base BDSM)

Article de encordee.com, précision en bas.

Lier ensemble les poignets ou les chevilles

poignet_00

Nous allons voir en détail comment lier ensemble les poignets, fermement mais en toute sécurité. Notons tout de suite que la méthode qui est décrite ici permet tout autant de nouer ensemble les chevilles.

Pour la longueur de la corde, vous avez 2 possibilités :

  • soit vous utilisez l’une de vos cordes habituelles – mettons de 8 mètres – mais vous allez être obligé de faire quelque chose avec la longueur en excédent ;
  • soit vous faites le bondage et mesurez la longueur nécessaire afin de couper une corde qui servira spécifiquement à cet usage.

Prenez votre corde et pliez-la en 2 en son milieu. Faites le tour des poignets légèrement écartés puis passez les brins libres dans la boucle du milieu.

poignet_01

Faites un deuxième tour en sens inverse …

poignet_02

… et un troisième et dernier tour. Veillez à ce que tous les tours aient la même tension.

poignet_03

Passez ensuite les brins libres dans la boucle du premier tour.

poignet_04

Séparez les brins …

poignet_05

… et faites-les tourner en sens opposés autour des passages faits sur les poignets.

poignet_06

Continuez ainsi jusqu’à ce que les poignets soient fermement tenus, mais arrêtez-vous avant de provoquer un garrot.

poignet_07

Enfin, terminez au moyen d’un noeud plat.

Si vous avez utilisé une corde assez longue, vous pouvez ensuite par exemple faire le tour de la taille ou fixer la corde à une poutre en hauteur, etc …

 

Cette article est intégralement issu du site "http://www.encordees.com", une mine d'information extraordinaire dont j'avais fais une sauvegarde à des fins personnels. Ce site semble avoir disparu. J'ai essayé de contacter les propriétaires afin de savoir si je pouvais mettre en ligne des articles. Après plusieurs messages sans réponse je me permets de mettre en ligne pour continuer l'oeuvre débutée : aider.  Si vous avez d'autres moyens de contacter les rédacteurs, merci de me le dire ! Si vous êtes le propriétaire du site et que vous souhaitez que je retire l'article ou que je continue de les partager, merci de m'écrire.

BDSM, consentement et abus : bien faire la différence

De quoi parle-t-on ?

Le BDSM est un mode de relation entre aux moins deux personnes consentantes. C’est une vision extrêmement simpliste, mais en gros l’une choisit volontairement d’obéir à l’autre pour être guidée vers quelque chose qui lui plaît. Il y a bien trop de modes de fonctionnement pour les traiter de manière exhaustive, même si j’étend un peu le sujet ici.

De l’autre côté il y a l’abus : l’une des deux personnes dominent tout ou presque tout, le libre arbitre de la victime est piétiné et décrédibilisé. Notez bien qu’il n’y a pas besoin d’être dans une relation de type BDSM pour subir des abus, la plupart des choses dont je vais parler s’appliquent parfaitement à des couples « vanilles » ! On parle également de violences sexuelles non consentis… Et il y en a beaucoup.

Le consentement

Il s’agit de ce que veulent les personnes en jeu. Soyez d’accord avec ce que vous êtes en train de faire, ou ce qui vous est infligé. Ce consentement peut parfois être tacite ou exprimé clairement, mais en aucun cas il n’est donné pour tout. Une soumise qui accepte d’être soumise n’accepte pas forcément « tout » et elle n’a pas à le faire. Toi qui me lis, tu peux retirer ton consentement à tout moment dans une relation saine. En BDSM on se sert souvent de checklist BDSM pour réfléchir à tout ça.

Une image vaut mieux qu’un long discours

Dans ce cas, trois images, c’est sûrement encore mieux : 

bdsm-vs-abus-1.1bdsm-vs-abus-1.2

EGxSVlWX0AAOpKj

Avec des mots, et des phrases

Comme dirait Aly (ou est-ce son maître ?) « La bienveillance, la confiance, la transparence, l’écoute et le respect sont nos mots d’ordres. Cinq mots, une main, une fessée sur ton cul. » Merci de tes conseils pour la réalisation de cet article et des infographies.

Dans le BDSM sain, il doit régner une bienveillance permanente. Oui la soumise s’abandonne, mais elle le fait parce-que des règles ont été établies, qu’elle a confiance en son dominant et que celui-ci va rester strictement dans le cadre établis. À tout moment les deux partenaires doivent être à l’écoute l’un de l’autre. Pour cette raison notamment, lors de la découverte de nouveaux jeux je déconseille fortement le bâillon (voir l’article Comment débuter une relation BDSM ?). Enfin, n’ayez pas peur de demander à l’autre si tout va bien, c’est crucial, surtout lors de nouvelles pratiques. Nous avons la vie entière pour s’amuser, si vous n’êtes pas sûr, ne faites pas : ce n’est que partie remise ! Dans un autre article je parlerais des mes erreurs… Au final, la plupart sont basées sur un manque de dialogue ou une précipitation et je les regrette. Prenez votre temps.

La confiance ? Elle se mérite.

Au sein d’un couple, normalement on a confiance en l’autre. Lorsqu’il s’agit d’être attachée intégralement et de ne plus pouvoir bouger, pour potentiellement être baisée et / ou fouettée : la confiance prend une définition radicale. Apprenez à faire confiance à l’autre, mais retirez cette confiance si nécessaire, avancez doucement. Si quelqu’un se présente à vous comme « maître(sse) » et vous ordonne immédiatement d’obéir, passez à quelqu’un d’autre.

Enfin, un autre article en cours de rédaction : des présentations de films sur le BDSM. Jusqu’ici je n’en trouve aucun qui soit propre d’un point de vue du consentement : aidez-moi, donnez-moi vos propositions !

Tutoriel shibari n°9 : Fixer solidement une corde à un axe

Article de encordee.com, précision en bas.

Fixer solidement une corde à un axe

Le nœud, appelé surliure, que nous allons réaliser ici est utilisé pour fixer très fortement une corde à un axe, par exemple un bambou. Il maintient la corde en place et l’empêche de coulisser.

Le principe est simple : il consiste à réaliser des tours les plus serrés possible autour de l’axe et à terminer en bloquant ces tours de façon à ce qu’une traction exercée sur le brin libre maintienne la tension sur l’ensemble du nœud.

Commencez par plier la corde comme le montre l’illustration. La longueur du brin court doit, à partir de l’endroit où la corde est pincée entre l’index et le pouce, permettre de faire au minimum 5 fois le tour de votre axe. Plus vous ferez de tour, mieux la corde tiendra le long de votre axe.

Le commencement

Faites passer le brin court sous le brin long et veillez à maintenir ensemble les 2 brins qui forment la boucle (ici tenus par la main droite).

Maintenez désormais le croisement des 2 brins avec votre autre main et faites le tour de votre axe avec le brin court.

Nous voyons ici la boucle initiale, les 2 brins qui sont le long du bambou, le passage du brin court sous le brin long et enfin un premier tour du bambou avec le brin court.

Notons que pour les besoins de la photo, la main gauche ne maintient plus la corde sur le bambou. Dans la pratique, si vous faites cela, vous aurez toutes les chances de rater votre nœud car il ne sera pas assez serré.

Continuez ainsi à faire des tours les plus serrés possible autour de l’axe.

Lorsqu’il ne vous reste plus assez de longueur pour faire un tour complet, introduisez le bout de la corde dans la boucle …

… et tenez-la fermement de façon à ce la tension autour de l’axe ne se relâche pas. Avec votre autre main, saisissez le bout libre et commencez à tirer sur la corde.

La boucle se referme progressivement et vient enserrer le brin qui a fait les tours. Tirez très fermement jusqu’à ce que l’ensemble de votre nœud soit totalement bloqué.

Le résultat

Les spirales autour du bambou exercent une telle pression que la corde ne peut plus coulisser le long de l’axe.

Tant que vous exercez une force de traction sur le brin long, le nœud ne pourra se défaire et la tension bloquera la corde sur l’axe.

Si vous voulez défaire le nœud, relâchez la tension sur le brin long et tirez sur le brin court de façon à faire réapparaître la boucle. Il ne vous reste plus alors qu’à défaire les spirales.

Ainsi que l’illustre cette photo, ce nœud est aussi très utile pour lier les cheveux en queue de cheval et les tirer fermement en arrière sans risque de voir les cheveux glisser progressivement au dehors.

En revanche, il ne faut jamais utiliser ce nœud sur le corps (que ce soient les bras, les jambes, etc …) car la pression exercée est telle que vous obtiendriez à coup sûr un garrot !

Sur le corps, utilisez uniquement le nœud de bondage.

Cette article est intégralement issu du site "http://www.encordees.com", une mine d'information extraordinaire dont j'avais fais une sauvegarde à des fins personnels. Ce site semble avoir disparu. J'ai essayé de contacter les propriétaires afin de savoir si je pouvais mettre en ligne des articles. Après plusieurs messages sans réponse je me permets de mettre en ligne pour continuer l'oeuvre débutée : aider.  Si vous avez d'autres moyens de contacter les rédacteurs, merci de me le dire ! Si vous êtes le propriétaire du site et que vous souhaitez que je retire l'article ou que je continue de les partager, merci de m'écrire.

Tutoriel bondage 8 : bâillon DIY (BDSM facile)

Article de encordee.com, précision en bas.

Réalisation d’un bâillon BDSM

Nous allons réaliser un bâillon très efficace et solide à l’aide d’une simple corde. Pliez votre corde en S à peu près vers son milieu comme le montre l’illustration ci-dessus.

baillon_00

Faites passer un brin au-dessus de l’autre en formant une petite boucle. C’est ce brin qui va servir à faire les spires qui vont constituer le bâillon

baillon_01

En tenant entre vos doigts le départ de votre nœud (ici à l’aide de la main droite), commencez à enrouler fermement le brin autour des 2 cordes du pliage initial

Continuez ainsi à enrouler le brin en serrant toujours fermement vos tours. Aidez-vous de votre autre main pour assurer la régularité des spires

Lorsque la longueur des spires vous semble suffisante pour faire un bon bâillon…

… passer le brin dans la boucle initiale

Tenez maintenant les spires dans l’autre main afin que l’ensemble du bâillon garde sa forme régulière et tirez progressivement sur le brin opposé. La boucle initiale commence à se refermer

Petit à petit la boucle initiale se referme et vient emprisonner le brin qui a formé les différentes spires. Veillez à bien tenir ces spires dans votre main afin qu’elles ne se chevauchent pas

Replacez au besoin les spires de façon à ce qu’elles soient bien régulières et tendez une dernière fois les 2 brins

Le bâillon est terminé et il ne vous reste plus qu’à le nouer autour de la tête de votre partenaire.

Cette article est intégralement issu du site "http://www.encordees.com", une mine d'information extraordinaire dont j'avais fais une sauvegarde à des fins personnels. Ce site semble avoir disparu. J'ai essayé de contacter les propriétaires afin de savoir si je pouvais mettre en ligne des articles. Après plusieurs messages sans réponse je me permets de mettre en ligne pour continuer l'oeuvre débutée : aider.  Si vous avez d'autres moyens de contacter les rédacteurs, merci de me le dire ! Si vous êtes le propriétaire du site et que vous souhaitez que je retire l'article ou que je continue de les partager, merci de m'écrire.

Tutoriel shibari n°7 : nœud de bondage

Article de encordee.com, précision en bas.

Pourquoi ce nœud ?

Nous utilisons souvent ce nœud car il a de très nombreuses qualités :

  • très simple à réaliser une fois mémorisé
  • il ne peut se resserrer sur lui-même
  • peut être rendu indéfaisable si le bondageur le souhaite
  • il peut être utilisé pour faire un système de treuil
  • facile à défaire, même après avoir été mis sous tension.

Le bambou utilisé dans notre série de cliché peut représenter aussi bien un poignet, un bras, une cheville, un torse, …

Et si nous nouions ?

Ce nœud se réalise avec une corde pliée en 2. Nous allons commencer par faire un tour du bambou avec le bout plié. Prévoyez large de façon à faire un autre tour et un nœud plat en sortie (dans la photo ci-dessous il n’y a pas vraiment assez de longueur).

noeudbond00

Effectuons ensuite un second tour complet.

Pour que ce nœud soit efficace il faut faire au moins 2 tours complets, mais vous pouvez en faire plus. Toutefois, il est inutile de dépasser les 3 ou 4 tours (n’oublions pas que la corde étant plié en deux, chaque tour représente 2 passages de corde…).

noeudbond01

Utilisez vos 2 mains pour ajuster les tours de façon à ce que tous les passages aient la même tension.

Il est inutile de serrer les tours, donc gardez du jeu dans les tours. Ce jeu doit être suffisant pour permettre d’ajuster au besoin l’emplacement des cordes, mais il ne faut pas autant qu’il soit trop important au risque de laisser s’échapper ce qu’il est censé retenir ! Dans la photo ci-dessous, le jeu serait trop important s’il était conservé en l’état.

Nous allons maintenant faire passer la boucle dans les tours.

Tout en maintenant la tension des passages, la boucle est saisie …

pour être passée au travers des tours précédemment effectués.

Notez comme la boucle est passée au-dessus de la parte libre (tenue ici dans la main droite), puis dans les tours.

Bientôt terminé !

La boucle est intégralement passée sous les tours et la tension de l’ensemble est ajustée.

Afin que les passages de corde soient bien visibles, nous avons volontairement resserré les tours autour du bambou. Dans la pratique, nous vous conseillons de toujours laisser du jeu autour de l’élément que vous attachez.

Il nous reste à faire un noeud simple pour bloquer l’ensemble. La boucle repasse donc devant la corde libre …

pour réaliser une noeud simple …

qu’il ne reste plus qu’à serrer.

Après avoir tiré sur les brins libres pour terminer le serrage du nœud simple, votre nœud de bondage est maintenant terminé. Vous remarquerez – si vous l’avez réalisé … – de grâce à sa structure, ce noeud ne peut se resserrer lorsque vous tirez sur les brins libres.

Et maintenant ?

Vous pouvez maintenant utiliser ce noeud tel que par exemple pour lier les poignets dans le dos au départ d’un shinju.

Avantages : les cordes ne peuvent pas se resserrer sur les poignets et si votre partenaire a un problème quelconque, vous pouvez instantanément lui libérer les mains sans devoir défaire l’intégralité de votre bondage

Si vous utilisez ce nœud dans le cadre d’une suspension/fixation, par exemple pour maintenir une jambe une l’air, vous avez le choix entre 2 variantes :

Première variante

Passez les bouts libres dans l’attache (flèche montante de droite). Puis vous les faites revenir (flèche du milieu) pour les repasser dans la boucle du milieu (flèche du milieu). Enfin, nouer l’ensemble soit au niveau de la boucle, soit au niveau de l’attache selon la longueur de corde dont vous disposez.

Cette variante est intéressante dans le cas de suspensions car grâce à son effet de treuil, elle permet de lever relativement facilement des charges importantes.

Seconde variante

vous repassez les bouts libres dans la boucle du milieu et fixez ensuite la corde à une attache quelconque.

Dans cette configuration, le nœud ne peut être défait puisque la boucle est désormais prise dans la corde.

Avantage : une sécurité totale.

Inconvénient : vous ne pouvez rapidement défaire le nœud puisque vous devez d’abord défaire la corde de l’attache et libérer la boucle.

Il vous faut donc selon les circonstances choisir entre l’une ou l’autre des variantes.

Cette article est intégralement issu du site "http://www.encordees.com", une mine d'information extraordinaire dont j'avais fais une sauvegarde à des fins personnels. Ce site semble avoir disparu. J'ai essayé de contacter les propriétaires afin de savoir si je pouvais mettre en ligne des articles. Après plusieurs messages sans réponse je me permets de mettre en ligne pour continuer l'oeuvre débutée : aider.  Si vous avez d'autres moyens de contacter les rédacteurs, merci de me le dire ! Si vous êtes le propriétaire du site et que vous souhaitez que je retire l'article ou que je continue de les partager, merci de m'écrire.