Je suis soumise, je n’ai pas envie, que faire ?

Cet article est un écho à une question d’une soumise débutante sur fetlife.

Car la question revient régulièrement et je pense opportun de créer un endroit pour récapituler quelques grandes idées.

Soumise débutante

Je suis 100% débutante.

Souvent, ces questionnements arrivent chez des jeunes, mais pas toujours !  Un article pour commencer : Comment entamer une relation BDSM

« Que faire quand mon maitre a très très souvent envie et moi moins ? Quand savoir s’il faut dire non ou accepter, se forcer ou refuser ? »

AONJLB2366C’est une question légitime, et très fréquente. (à titre personnel, je serais curieux de savoir combien de fois ceux qui évacuent la question par « s’il te prend alors que t’as pas envie, c’est du viol ! » ont forcé leur partenaire psychologiquement, ou on fait semblant de ne pas voir qu’elle n’avait pas envie).

« Accepter, se forcer, refuser »

Un triptyque compliqué, mais néanmoins bien résumé. Dévellopons !

  • Commençons par la fin : refuser. Si pas d’envie, des soucis, des tracas, ou simplement vraiment pas de désir : il faut refuser. Se pose alors la question du comment, à laquelle il est compliqué de répondre. Dire que l’on n’a pas envie doit suffire.
  • Je placerai ensuite accepter et se forcer ensemble. Il me parait que c’est un continuum qui dispose d’une palette large : on peut décider d’avoir un rapport sexuel avec ou sans pénétration, d’être soumise ou pas, d’avoir mal ou pas. Désolé, mais pour moi, tu peux choisir, en le faisant savoir ou pas, de te forcer pour lui faire plaisir. Les risques existent : on peut en vouloir à l’autre de s’être servi, alors que vous n’aviez pas envie, lui ne comprendra pas pourquoi, car vous vous êtes laissée faire. Cela peut empirer la situation, à ajouter du dégoût à l’acte et détruire encore un peu plus l’envie. Néanmoins, j’ajoute quelque propositions, à la lisière des deux mondes : le sucer, ou le branler, l’autoriser à se faire jouir sur ton visage, tes seins, tes fesses. Cela peut être rapide, et diminuer la pression, assouvir son envie. L’implication est variable. Il est aussi possible de lui dire que là, tu n’as pas envie, mais que tu acceptes de te laisser porter : l’appétit vient en mangeant. Il convient alors à monsieur d’accepter ce cadeau, de te donner du plaisir, et de te donner envie d’en avoir plus.

Je suis soumise, je n'ai pas envie, que faire ? Je replace, quand même, notre article sur le BDSM sain et consensuel

Je me souviens d’avoir lu un conseil d’une sexothérapeute disant qu’en cas de manque de désir dans un couple, on pouvait décider de faire l’amour à un moment précis, à un rendez-vous donné. Recréer de l’intimité.

 

La bonne soumise

Est-ce que refuser et ne pas avoir envie d’une session BDSM, de sexe ou de me soumettre remet en question le fait que je sois soumise, ou est-ce normal ?

Tu es ce que tu as décidé d’être : c’est, sauf à la marge, à prendre ou à laisser.

C’est valable pour les moments de sexe, mais également pour les pratiques lors de ces moments (concernant les pratiques il y a les checklists BDSM qui peuvent être utile).

Tout_est_sexy bondage collection (263)Et tu peux avoir envie d’être soumise -parfois- mais pas tout le temps, et il faut le faire savoir. Il est nécessaire, d’une manière générale, de discuter de ce que tu veux et de ce qu’il veut. Si tu trouves que tu es trop souvent soumise, cela nuit à votre relation, et aux moments même où tu es soumise. La pose du collier peut constituer un signal de début de soumission, et de fin. Certaines choses peuvent être récapitulées dans un contrat BDSM pour ceux qui veulent.

Tu peux aussi vouloir des câlins, sans sexe.

On baise ?

J’ose aller jusqu’à un autre domaine de l’envie : le temps disponible. D’une manière caricaturale, es-tu la femme qui fait absolument tout à la maison et lui, il reste avec son téléphone à se gaver de porno ? Cela créé, assurément, une différence majeure, tu serais fatiguée et pas très disponible, et lui le système hormonal sur-stimulé. « Chéri, et si tu arrêtais de regarder autant de porno ? Ou alors, tu te débrouilles avec ton excitation » sera peut-être une discussion à avoir, tout comme celle de la répartition des tâches ménagères. Comme je le dis parfois sous le ton de l’humour « le meilleur préliminaire ? Ranger la maison, faire la vaisselle, lancer et tendre une machine ! »

Le safeword

Le mot de sécurité est une bonne idée… Sauf que, il retourne la charge de la responsabilité uniquement sur la personne soumise. A priori, en débutant et même après on n’arrive pas à savoir quoi faire à certain moment, le mot de sécurité te permettra de ne pas avoir à formuler cette absence d’envie, mais ne t’aideras pas à gérer ta culpabilité (parce que si, tu en auras à tort ou à raison), ni la frustration de ton dominant qui est ton conjoint. Il sert souvent d’excuse à des doms, d’une manière ou d’une autre « tu n’as pas utilisé ton SW, donc tout va bien, et si ça ne va pas et que tu ne l’as pas utilisé, c’est ta faute. »

Si vous avez des questions, vous pouvez nous écrire ou nous rejoindre sur le forum.

Dans nos pages « journal d’une soumise », vous verrez souvent comment nous fonctionnons.

Best of Reddit 1 – Photo et vidéos BDSM

En passant, voici quelques best of du Reddit BDSM, quelques photos et vidéos.

 

On commence avec un bondage et une position de soumise sympathique : 

I wanna be your kinky Shanghai slut GF from bdsm

 

 

Puis deux soumises prises par leurs maitresses

One on the left wasn’t playing around lmao from bdsm

 

Cette photo ensuite que je trouve magnifique, ces regards sont superbes

Will you still love me when I’m 64? from bdsm

Une autre photo, superbement travaillée

Bondage [f] from bdsm

Une petite fessée en slow motion ?

Look, I made something for you [OC] from Spanking

 

Plein d’autres superbes vidéos et photo de bondage, tits torture etc sur ce post du forum en accès libre : https://intime-photographie.fr/forums/lien-decouvertes/best-of-reddit-video-et-photo-bdsm

 

Et concernant la dernière vidéo si le BDSM en slow motion vous tente il y a un article exprès : https://intime-photographie.fr/slow-motion-le-dressage-de-soumise-en-detail-fessee-gifle-spank-slap

 

Mobilier BDSM à assembler : enfin !

Depuis plusieurs années, je vois des structures en métal, du mobilier BDSM, dans les films, souvent hard d’ailleurs, et je me dis que je m’amuserais bien avec ce genre d’accessoires ! Au fil du temps, j’ai pensé à plusieurs solutions et je les ai éliminées une par une pour des raisons de prix, de solidité, de facilité d’utilisation, d’entretien ou de rangement…

Il y a également les artisans, qui font des choses pour une ou deux utilités, mais les tarifs fond froid dans le dos

Et là, je tiens ma solution. J’ai conçu plusieurs versions, et options :

Version de base

Version de base, la personne se met à 4 pattes au dessus, on peut attacher les poignets et les chevilles, à vous de voir lesquels vous écartez.

Caractéristiques : 

  • 21 pièces
  • longueur : 100 cm (barre la plus longue)
  • hauteur : 20 cm (barre qui monte vers le haut, pour le cou)
  • largeur pieds : 60 cm
  • largeur poignets : 30 cm
  • possibilité d’inverser les barres poignets et cou

Extension 1 : ajout à l’arrière

Cette ajout est pour pouvoir attacher un godemichet ou un wand, il se monte sur la base.

Caractéristiques :

  • 11 pièces
  • Hauteur : 30 ou 50 cm (les deux prévus dans le kit)
  • Longueur du tube vertical : 10 cm

Des choix à faire

  • Certains modèles « similaires » inclus des attaches en cuir ou en tissus pour directement attacher les poignets, les chevilles : ce n’est pas le cas des nôtres. Parce que nous avons tous nos propres attaches ! Inutile d’en ajouter d’autres : ça augmenterait le prix et ça ne serait pas de la qualité de ce qu’on a déjà.

Les plus de ce mobilier BDSM

  • Vraiment solide
  • Modulable selon les envie et les mophologies
  • Modifiable à souhait
  • compatible avec des extensions

Version à venir : un remonte cul à l’arrière, des cadres pour bloquées les poignets / chevilles / nuque… C’est déjà fait, il faut « juste » réaliser les photographies et la mise en ligne.

Vu le manque de retour que j’aurais en publiant le fournisseur et les plans, pour le moment je ne publie rien. En attendant de voir si je commercialise les plans des objets, ou directement les montages découpés etc… Un avis ?

Si oui, la discussion est ouverte sur notre forum : https://intime-photographie.fr/forums/test-avis/fabrication-mobilier-bdsm-bdsm-gear

Bonus, une vidéo où je monte sur le truc.

torsion

BDSM Empire

Aujourd’hui, parlons d’un site de vente de matériel et sextoys spécialisé en BDSM : https://bdsm-empire.fr/

BDSM Empire

Ils viennent de faire un article de blog mentionnant notre site et notre jeu, et nous les en remercions. L’article en question : https://bdsm-empire.fr/blogs/blog-bdsm-empire/jeux-bdsm

Espérons que ça aide notre communauté à grandir, et à venir 

À notre tour, nous voudrions parler un peu d’eux. Je le ai vu apparaitre il y a quelques temps sur les réseaux sociaux, d’un naturel méfiant je n’ai pas tout de suite passé de commande mais j’envisage de le faire désormais car ça fait longtemps qu’ils sont présents ! Je ne fais pas partie des ambassadeurs, je ne touche rien en écrivant cet article.

Pourquoi j’ai envie d’essayer ?

Déjà, les tarifs sont honnêtes. Et franchement, c’est assez rare  au sein de notre univers… De plus, il y a vraiment un choix immense ! De quoi, non seulement satisfaire des envies, mais en créer. Le contact avec la personne qui m’a écrit inspire confiance, les commentaires sous les produits sont très bons.

Les stocks sont affichés, en plus, il y a pas mal de promos

Quelques exemples de ce dont j’ai envie

Choker sm blanc
Un collier à 29,9€ que je trouve élégant
collier laisse pour soumise
Un autre collier que je trouve super original
Fouet en Cuir | BDSM Empire
Un fouet en cuir, parce que le notre est parfois un peu grand
Pinces à Tétons Clochette | BDSM Empire
Des pinces à tétons dorées, trop jolie, et avec des clochettes. Autres couleurs disponibles.

Si jamais vous avez un retour à faire sur un de leur produits, ou le site, dites nous !

Ils ont enfin un blog BDSM avec plusieurs articles d’explications.

Création d’une nouvelle maison d’hôte BDSM de luxe

C’est un sujet qui revient souvent : où louer un endroit spécialisé, un gîte BDSM. Moi-même, si j’avais plus de pognon je retaperais un truc quelque part pour le louer et aller y jouer quand je veux. D’ailleurs, j’en parle souvent avec un ami… Un jour on finira par mettre l’argent en commun et créer ce projet !

Mais, ce n’est pas pour ça que je fais cet article. Certains ce sont lancés, et je vais donc parler d’eux : https://www.demeure-desirs.fr/

Il s’agit d’un couple femdom qui va retaper un corps de ferme pour en faire endroit dédié à différents jeux BDSM.

La demeure de vos désirs. Maison d'hôte BDSM.
La demeure de vos désirs. Maison d’hôte BDSM en projet.

Maison d’hôte BDSM : pourquoi je soutiens

Parce qu’ils se sont lancés. Parce qu’ils osent ! Les tarifs, semblent être proches de ce que font les autres. Nous avons besoin de lieux pour « nous retrouver », faire vivre la communauté. A priori vu leurs expériences le projet peut aboutir.

En tant que photographe, je serais ravi de pouvoir jouer dans un lieu comme celui-ci, avec plusieurs ambiances et équipements à disposition.

Ils sont en train de réaliser un finalement collaboratif : https://fr.ulule.com/une-maison-dhotes-pas-comme-les-autres/

Maud et Jerôme, piliers du projets de gîtes bdsm.
Maud et Jerôme, piliers du projets

Mes doutes personnels

Ce ne sont que mes pensées et mes doutes à moi, je serais ravi d’avoir des avis opposés, comme toujours !

Un premier truc qui m’a freiné, c’est le fait que le formulaire pour en savoir plus sur nos besoins est un Google Doc : il transmet donc obligatoirement une partie des informations à Google, qui en sait déjà bien assez ! Alors qu’il existe des formulaires respectant la vie privée.

Au moment des pre-réservations le deuxième truc qui m’arrête c’est le tarif. Ils sont à la vue des équipements, raisonnables et tout à fait dans les prix de la concurence. Mais moi, si j’ai 500€ / 1000€ pour un WE je fais des équipements chez moi, ou je pars en voyages. Nous sommes ici dans un positionnement luxe, comme les concurents. C’est un choix.

Sauf que ce choix, souvent fait, contribuent selon moi à « gentriser » (embourgeoiser), le BDSM. Pour certains, c’est un art de vivre « réservé », à ceux qui ont les moyens, ça va avec le style de vie : soirée etc. Je me place de mon côté dans un cadre quotidien, plus loin des tentures. J’ai très envie de jouer dans un cadre comme celui-ci, néanmoins.

Pour le financement collaboratif, c’est un autre choix, et le positionnement me semble risqué : 60 000€, c’est beaucoup d’argent. Sans une communauté pre-existante, ça me semble compliqué. Voir un tel montant pourra décourager certains contributeurs. Certains savent à quel point ce genre de projet avec travaux peut être difficile et casse gueule. Prévoir directement un truc énorme comme celui-ci est un pari, je pense qu’il faut grandir petit à petit -mais peut être que je me trompe-.

Dans tous les cas, si vous voulez les aider, vous savez comment faire.

Pour donner votre avis sur le forum : 

Pour donner vos adresses de gîtes BDSM : https://intime-photographie.fr/forums/lien-decouvertes ou bien en commentaire, je ferais une liste.

 

Comment faire un lavement anal ?

Le lavement dans le cadre BDSM

Suite à une discussion sur le forum, j’aborde aujourd’hui la question du lavement anal et particulièrement dans le cadre D/s. Il y a ici globalement deux raisons au lavement :

  • Soit le côté humiliant de celui-ci, pratiqué par ou avec la personne dominante (Clystérophilie, klysmaphilie, ou enema en anglais)
  • L’envie de se sentir propre avant une sodomie ou des jeux avec l’anus (doigts, plugs etc)…
  • Ou bien les deux !

Je ne vais pas parler des détails concernant la sodomie, même si c’est intéressant ce n’est pas le sujet du présent article

En quoi ça consiste ?

Schématiquement, le principe est d’injecter de l’eau dans le rectum par l’anus, dans le but d’éliminer les traces de selles. Ce texte n’est pas un conseil médical. Dans divers cas il n’est pas conseillé d’effectuer un lavement : troubles cardiaques sévères, grossesse, intervention chirurgicale récente de l’abdomen, hémorroïdes, fissures anales ou saignements intestinaux par exemple. Si vous avez un doute, abstenez-vous et demandez à un médecin avant.

L’intestin est fait comme ceci, le rectum, notre fameuse salle de jeu est en rouge.

Intestin et rectum

Si on veut être plus précis, réalisons un zoom sur la zone qui nous intéresse :

Rectum expliqué

Il n’est pas nécessaire, ni souhaitable de rincer plus haut en dehors d’un protocole médical établi.

Avec quels outils ?

  • Le Bock à lavement c’est à dire un réservoir, et un tuyau. Il m’est arrivé d’utiliser une casserole et un tuyau souple acheté en magasin de bricolage, le diamètre est à prendre petit et il faut avoir un embout pour la fin par confort et pour éviter les coupures
  • Le sac à lavement, plus ou moins identique au bock, mais en poche souple (image au-dessus)
  • La poire à lavementPoire à lavement

 

  • D’un point de vue historique, il y a aussi le Clystère  sorte de grosse seringue… Pour des jeux, pourquoi pas, si vous en trouvez !

 

Préparations préalables

Il faut être dans un état d’esprit calme, serein. Sinon les muscles lisses autour de l’anus et plus profondément peuvent se crisper et vous n’obtiendrez rien de bon. Prévoir quand même suffisamment de temps : disons une demi-heure à une heure. Bien plus si vous prévoyez de jouer ensuite.

  • Préparation de la solution de lavage :
    • Prendre 2 litres d’eau.
    • Ajouter environs 18 grammes de sel de table (soit 9 grammes par litre d’eau).
    • Remuer jusqu’à ce que ce soit dissout. Faire chauffer avant ou après, la température doit être proche de 37°C à un degré près en entrant dans le corps
    • Variantes : Certains mettent une poignée de camomille, calmant, à la place (pas essayé). D’autres mettent du lait (ça gaspille un peu, mais je ne vois pas le mal d’un point de vu biologique). D’autres encore du café : attention la muqueuse est perméable, la caféine va rentrer dans le corps de la personne et c’est d’ailleurs le but puisque la caféine dilate les sphincters et rend le tout plus difficile à « retenir ».

milk-enema_002

Faire le plein

D’une manière générale, la position dans laquelle on est le mieux c’est « À 4 pattes », on peut également se mettre sur le dos jambes fléchies (pieds sur le sol) ou sur le côté jambes relevées. Durant toute la procédure il faut y aller doucement, et parler en permanence. La personne aura le sentiment d’être remplie, c’est normal. Mais ça ne doit pas être douloureux.

Avec le bock
  • Placer le bock en hauteur, avec l’eau dedans, plus il sera haut plus ça va couler rapidement, trop bas cela sera lent ou même ça peut ne pas couler. Plus votre tuyau est long plus l’eau se refroidira avant de rentrer…
  • Faire couler l’eau pour enlever tout l’air du tuyau
  • Introduire la canule dans l’anus avec un peu de lubrifiant
  • Ouvrir doucement le robinet, puis plus grand. On peut mettre jusqu’à 1 litre.
  • Se masser doucement le ventre si vous voulez
  • Gardez, ou pas, avant de vous libérer aux toilettes, ou ailleurs.

Avec une poire à lavement
  • Appuyer sur la poire pour vider l’air
  • Plonger la canule dans l’eau et relâcher : l’eau rentre dans la poire.
  • Remettez la poire en position verticale et appuyer de nouveau pour enlever l’air, dès que l’eau sort, arrêter
  • Remettre la canule dans l’eau et finir le remplissage (cette étape permet de vider tout l’air de la poire, sinon il y a possibilité de mettre de l’air dans le rectum, et ce n’est pas ce qu’on veut).
  • Introduire la canule dans l’anus, toujours avec du lubrifiant
  • Appuyer doucement sur la poire pour la vider, et remplir la personne
  • Vous pouvez renouveler l’opération, pour remplir de plus en plus, avant de vider.

Vous pouvez faire entre 2 et 4 fois le processus, le but est que ce qui coule soit clair, propre. Restez en contact en permanence, à deux, surveillez le regard les micro-émotions de la personne qui se fait remplir. Parlez, demandez si tout va bien. De l’eau peut sortir pendant une vingtaine de minutes.

soumise attachée en lavement

La mention spéciale « danger »

Certains prennent directement de l’eau, voire utilisent des adaptateurs à mettre sur le tuyau de la douche. Je le déconseille pour plusieurs raisons. Déjà, il me semble compliqué dans ces conditions de bien gérer la 

lavement douche adaptateur

température : trop chaud provoquerait des brûlures, trop froid et c’est la crampe assurée. La pression ensuite : une trop grande pression pourrait faire remonter l’eau et des matières trop haut : rappelez-vous, on vise juste l’entrée. Enfin, une autre trop peu riche en sels minéraux pourrait causer également des crampes.

Je le dis pour d’autres pratiques, c’est le cas ici aussi : pourquoi ne pas essayer sur vous, avant ?

Et le BDSM ?

Pour les bases, c’est tout bon. Mais, et la domination là-dedans ? Pour certain(e)s, subir un lavement sera déjà largement assez humiliant comme ça. Pour d’autres, et c’est au dominant de juger, on peut agrémenter la séance…

  • Faire porter un collier
  • Mettre différents liquides (voir plus haut)
  • Ordonner à la soumise de dire « remplie-moi » avant de le faire
  • Obliger à demander avant de se libérer
  • La regarder pendant qu’elle se vide, voir la tenir par les cheveux comme une chienne. Pour le premier lavement, néanmoins, il peut y avoir une odeur, à vous de voir.
  • L’autoriser à jouir, mais seulement si elle est pleine.
  • La prendre après l’avoir remplie d’eau. Exquis… Elle se concentre pour ne rien perdre pendant que vous barbotez dans une douce chaleur de son cul déjà plein.

lavement soumise japonaise aquarium

 

Le conseil du Dominant malin :

Les poires et autres sont bien moins chères en magasin santé / paramédicale qu’en sexshop de la rue ou sur internet

Si vous avez des questions, des remarques, d’autres idées pour agrémenter l’article : allez y en commentaire, ou bien il y a déjà un post sur notre forum : https://intime-photographie.fr/forums/hygiene-securite-psychologie/la-sodomie-questions-pratiques mais vous pouvez tout à fait en ouvrir un autre.

 

 

 

Tuto bondage des seins 11 : Shinju (comment attacher soumise)

Article de encordee.com, précision en bas.

Réalisation pas à pas du Shibari Shinju

Pour inaugurer cette rubrique de Bondages Pas à Pas, nous vous proposons un classique de base, désigné par le terme de Shinju. Il s’agit d’une sorte de soutien-gorge, un bondage de seins.

Nous allons utiliser une corde d’environ 8 mètres, pliée en 2.

Vous placez votre partenaire de dos, les bras pliés en arrière et les poignets superposés.

Nous allons commencer par lier les poignets ensemble.

Prenez la corde par la pliure et faites 2 fois le tour des poignets ainsi rassemblés.

Bonpas01_00

Après avoir fait 2 tours autour des poignets, un noeud plat est réalisé afin de maintenir les poignets liés. A ce niveau, il est inutile de serrer fortement les poignets, la rigidité du bondage étant assurée par la suite.

La corde est ensuite amenée sur le bras pour effectuer un premier tour de la cage thoracique.

Attention

Nous avons vu des personnes réaliser ce bondage en passant simplement la corde dans la boucle médiane pour lier les poignets, de façon à ne pas avoir de nœud à faire. Nous déconseillons fortement cette pratique. En effet, dans le cas où un problème surviendrait, il serait impossible de libérer rapidement les mains de votre sujet. La solution que nous présentons ci-dessus permet au contraire, en défaisant simplement le nœud des poignets, de rendre instantanément à votre partenaire l’usage de ses mains.

Pour information : le nœud réalisé dans la photo ci-dessus n’est pas un nœud plat mais un noeud que nous qualifierons, à défaut de mieux, de noeud de bondage.

Bonpas01_01

La corde est maintenue au centre dos d’une main tandis que l’autre main la fait passer par devant sous les seins.

Nous voyons ici le premier passage de corde sur le devant qui est fait sous les seins.

La corde, qui vient de faire un premier tour du corps, est passée sous la montée initiale et l’ensemble est mis en tension modérée, puis un second tour du corps est entrepris, en sens inverse et cette fois-ci au-dessus des seins.

Après ce second passage autour de la cage thoracique et au-dessus des seins, la corde est ramenée derrière pour être passée sous l’un des départs initiaux.

La moitié…

Ce point de fixation étant fait, la corde est ramenée au-dessus d’une des épaules …

… pour rejoindre l’avant du corps.

La corde est passée sous la corde du bas et ressort du même côté.

Elle est ensuite remontée au-dessus de l’épaule opposée de façon à créer un motif habituel.

Puis, à l’arrière, la corde est repassée sous les cordes qui partaient pour faire le tour du corps.

Il suffit alors de faire une simple boucle pour fixer l’ensemble.

Le noeud plat étant serré, l’ensemble du bondage est maintenant stabilisé et il est inutile de continuer à rajouter des noeuds. D’une part le résultat ne serait pas vraiment esthétique, et d’autre part, en cas de problème, défaire plusieurs noeuds n’est jamais souhaitable. Il va donc falloir se débarrasser élégamment de cet excès de corde (et sans utiliser de ciseaux si vous voulez re-utiliser votre corde !).

Une solution consiste simplement à enrouler la longueur en excédent autour d’une corde déjà positionnée. En l’occurrence, c’est ce qui est fait ici en se servant de la partie qui remonte depuis les poignets.

Résultat

Le résultat vu de dos. Les brins de corde qui restaient ont été simplement enroulés et coincés entre les cordes montantes. Aucun noeud supplémentaire n’est nécessaire.

Le résultat vu de face. Faites une dernière vérification des passages de cordes et les derniers ajustements. Prenez au besoin un peu de recul pour vérifier la symétrie des passages de corde.

A partir de cette base, vous pouvez réaliser de nombreuses variantes en modifiant par exemple la façon de passer la corde entre les seins.

Cette explication vous a plu, ne vous pas plu. Vous n’avez pas compris un point. Vous souhaitez des informations complémentaires … Faites-nous part de vos commentaires via notre formulaire de contact.

Cette article est intégralement issu du site "http://www.encordees.com", une mine d'information extraordinaire dont j'avais fais une sauvegarde à des fins personnels. Ce site semble avoir disparu. J'ai essayé de contacter les propriétaires afin de savoir si je pouvais mettre en ligne des articles. Après plusieurs messages sans réponse je me permets de mettre en ligne pour continuer l'oeuvre débutée : aider.  Si vous avez d'autres moyens de contacter les rédacteurs, merci de me le dire ! Si vous êtes le propriétaire du site et que vous souhaitez que je retire l'article ou que je continue de les partager, merci de m'écrire.

BDSM, consentement et abus : bien faire la différence

De quoi parle-t-on ?

Le BDSM est un mode de relation entre aux moins deux personnes consentantes. C’est une vision extrêmement simpliste, mais en gros l’une choisit volontairement d’obéir à l’autre pour être guidée vers quelque chose qui lui plaît. Il y a bien trop de modes de fonctionnement pour les traiter de manière exhaustive, même si j’étend un peu le sujet ici.

De l’autre côté il y a l’abus : l’une des deux personnes dominent tout ou presque tout, le libre arbitre de la victime est piétiné et décrédibilisé. Notez bien qu’il n’y a pas besoin d’être dans une relation de type BDSM pour subir des abus, la plupart des choses dont je vais parler s’appliquent parfaitement à des couples « vanilles » ! On parle également de violences sexuelles non consentis… Et il y en a beaucoup.

Le consentement

Il s’agit de ce que veulent les personnes en jeu. Soyez d’accord avec ce que vous êtes en train de faire, ou ce qui vous est infligé. Ce consentement peut parfois être tacite ou exprimé clairement, mais en aucun cas il n’est donné pour tout. Une soumise qui accepte d’être soumise n’accepte pas forcément « tout » et elle n’a pas à le faire. Toi qui me lis, tu peux retirer ton consentement à tout moment dans une relation saine. En BDSM on se sert souvent de checklist BDSM pour réfléchir à tout ça.

Une image vaut mieux qu’un long discours

Dans ce cas, trois images, c’est sûrement encore mieux (j’ai réalisé ces images en traduisant majoritairement deux documents d’origine inconnue) : 

bdsm-vs-abus-1.1bdsm-vs-abus-1.2

EGxSVlWX0AAOpKj

Avec des mots, et des phrases

Comme dirait Aly (ou est-ce son maître ?) « La bienveillance, la confiance, la transparence, l’écoute et le respect sont nos mots d’ordres. Cinq mots, une main, une fessée sur ton cul. » Merci de tes conseils pour la réalisation de cet article et des infographies.

Dans le BDSM sain, il doit régner une bienveillance permanente. Oui la soumise s’abandonne, mais elle le fait parce-que des règles ont été établies, qu’elle a confiance en son dominant et que celui-ci va rester strictement dans le cadre établis. À tout moment les deux partenaires doivent être à l’écoute l’un de l’autre. Pour cette raison notamment, lors de la découverte de nouveaux jeux je déconseille fortement le bâillon (voir l’article Comment débuter une relation BDSM ?). Enfin, n’ayez pas peur de demander à l’autre si tout va bien, c’est crucial, surtout lors de nouvelles pratiques. Nous avons la vie entière pour s’amuser, si vous n’êtes pas sûr, ne faites pas : ce n’est que partie remise ! Dans un autre article je parlerais des mes erreurs… Au final, la plupart sont basées sur un manque de dialogue ou une précipitation et je les regrette. Prenez votre temps.

La confiance ? Elle se mérite.

Au sein d’un couple, normalement on a confiance en l’autre. Lorsqu’il s’agit d’être attachée intégralement et de ne plus pouvoir bouger, pour potentiellement être baisée et / ou fouettée : la confiance prend une définition radicale. Apprenez à faire confiance à l’autre, mais retirez cette confiance si nécessaire, avancez doucement. Si quelqu’un se présente à vous comme « maître(sse) » et vous ordonne immédiatement d’obéir, passez à quelqu’un d’autre.

Enfin, un autre article en cours de rédaction : des présentations de films sur le BDSM. Jusqu’ici je n’en trouve aucun qui soit propre d’un point de vue du consentement : aidez-moi, donnez-moi vos propositions !

Soumise attachée au plafond et au mur (vrai récit bdsm)

Introduction avant les introductions

Dans le contrat bdsm encadrant notre jeu bdsm  nous avons décidé que je peux, 4 fois dans l’année, lui dire d’être ma soumise une journée entière. Je lui dis soit en avance, soit immédiatement lorsque ça doit débuter, elle doit accepter -point-. Voici  le vrai  récit, 100% vécu, de la soirée qui a ouvert l’une de ces sessions de 24 heures…

Hier pendant une journée de repos j’ai positionné des crochets un peu partout chez nous (bdsm-gear) : un dans le salon au plafond, un dans notre chambre au plafond et 5 sur le mur au pied du lit, dans notre chambre. Ceux au plafond servent à attacher en hauteur et peuvent permettre des suspensions en shibari et les 5 du mur permettent d’attacher en croix, et de soulever la partenaire dans une moindre mesure. En gros, un peu comme ceci mais sur un mur classique en plâtre et papier peint.

soumise attachée au mur

Le jeu commence

J’étais bien excité à l’idée d’essayer et de lui faire découvrir… Mon épouse était au travail, j’ai décidé de lui envoyer le message suivant, à 18h30.

Dès que tu arriveras tu seras ma soumise. Tu devras me dire quand tu pars du travail et également lorsque tu arriveras en bas de l’immeuble. Tu n’as pas le droit de dépasser notre entrée, j’irais à ta rencontre.

J’ai reçu très rapidement sa réponse :

Bien mon cœur.

Le temps passe un peu, une demi-heure plus tard je reçois le SMS pour me dire qu’elle part. Une vingtaine de minute plus tard elle m’écrit : elle est en bas. Tout est déjà prêt dans l’appartement pour la recevoir dignement. Je suis déjà nu. Il faut dire que cette belle journée d’été est propice à des tenues légères.

J’entends la clef dans la serrure, elle tourne, elle ouvre la porte, je l’embrasse et lui dis de se mettre à genoux en position du collier ou d’exposition. Ma future esclave s’exécute, je retire la chaîne en or qu’elle portait et la remplace par un collier de soumise assez lourd… Elle ne le sait pas, mais le but de cette séance est de l’humilier, et l’inconfort y participe . J’ai donc choisi en conséquence.

Collier et attaches de soumise en inox
Le collier choisi pour la séance et les bracelet pour la suite.

Je câline ma soumise qui se détend, puis lui ordonne de se mettre debout, toujours mains sur la tête. Elle porte une robe portefeuille : idéal pour les jeux que j’ai prévu, j’ai beaucoup de chance. Je l’ouvre, et la déshabille entièrement en la caressant.

La faire briller…

L’heure est venue de placer des menottes à ses poignets, ceux en métal sur la photo juste au dessus, les deux mains attachées ensemble. Je l’emmène ensuite à la salle de bain en la tenant par l’anneau du collier. Je tire fermement dessus afin de lui rappeler ce qu’elle est : une soumise. Une fois dans la baignoire je la lave entièrement, doucement, sensuellement, la rince puis la sèche entièrement. Elle est debout, mains sur la tête en position dite « d’inspection ».

Soumise qui se deshabille on / off et se met en position de soumission

À sa grande surprise, je me mets à genoux et la lèche : l’autre but de la séance est de lui donner du plaisir, malgré l’humiliation. Mon souhait est qu’elle prenne son pied, tout en étant rabaissée, qu’elle mélange ces deux sentiments et s’abandonne totalement. Elle est déjà un peu ouverte, le début de la séance a été doux et excitant pour elle, elle gémit, se tord.

Je retire les bracelets et les remplace par des attaches sur lesquelles on peut tirer sans faire des points de compressions trop durs. En bref, je remplace les bracelets en métal par des bracelets molletonnés.

… puis la dégrader doucement

Nous sommes de retour dans l’entrée, elle ne comprend pas trop car nous sommes passés devant la porte de notre chambre, généralement lieux de prédilection pour ces jeux. Il faut la perturber, elle doit perdre ses repères. Là, je lui enlève un des sens les plus important : la vue, je place une fine cagoule sur sa tête. Il n’y a alors que sa bouche et ses long cheveux blonds qui sortent de la cagoule. Nous échangeons un long baiser tandis qu’elle plonge dans la soumission.

 

Soumise avec cagoule pourbouche ouverte

J’ajoute un harnais de poitrine en cuir. Une lanière passe derrière le cou et une autre passe dans le dos. À l’avant, il donne l’impression d’un soutien-gorge ouvert formé de deux triangles de cuir entourant les seins. Cet tenue sert, habille et fait ressortir la poitrine arrogante de ma chienne. J’applique ensuite un sert-taille léger autour de son ventre, et enfin j’accroche une lourde chaîne à l’anneau de son collier.

Ça ne fait pas un peu beaucoup ? me demande-t-elle

Je lui répond que non, et qu’elle est magnifique ainsi. C’est d’ailleurs vrai, je le pense et la regarde un moment. Par la contrainte et le poids l’abondance de matériels vient renforcer l’humiliation qui débute.

Premier crochet

Comme avec une chienne, je l’emmène dans le salon, elle sent la lourde chaîne la tirer vers le sol. La honte monte doucement en elle… Mains devant elle, j’accroche une barre d’écartement à ses chevilles, puis tire sur la chaîne qu’elle a au cou pour l’attacher au milieu de la barre d’écartement. Elle est donc contrainte à rester penchée en avant. Cette posture écarte légèrement ses fesses, ouvre timidement son cul, sa chatte et impose que cela reste ainsi.

Je ne peux plus me redresser, c’est ça ?

Essaye ma belle.

Et c’est ce qu’elle fait : elle tente de se redresser et constate être bloquée, elle frémit. Je me frotte à elle, la branle. Là je commence à la doigter de mon pouce, c’est pourtant contre nos règles et j’aurais à m’en excuser plus loin dans la séance… Elle semblait suffisamment mouillée et j’ai été emporté par l’élan.

Je continue, elle me parle, me dit si je vais trop vite, trop fort, si je suis trop sur le clitoris. Je suis fier car je me bats pour ça, pour qu’elle parle, pour qu’elle me dise ce qu’elle ressent. Il y a peu, lors d’une séance j’ai dû lui promettre de la gifler à chaque fois qu’elle ferait un soubresaut sans m’expliquer pourquoi elle bougeait. Il faut admettre que cette méthode a donné des résultats très positif pour l’éducation de ma soumise.

chienne soumise penchée et attachée mains en l'air

J’augmente sa honte en passant ses mains dans son dos et en attachant ses poignets en l’air, elle comprend qu’il y a un crochet quelque part en hauteur. Cette posture inconfortable l’oblige à se cambrer, ouvrant encore un peu plus ses orifices. La Belle ne dit pourtant rien, elle suit, elle obéit et elle mouille. Impudique au milieu de son propre salon, ouverte, offerte et prête à souffrir un peu désormais.

Que préfères-tu, fouet, martinet, badine ?

Je… Hum… Je ne sais pas. Lequel fera le moins mal ?

 

Tout dépend de l’utilisation petite pute. Choisi.

Je n’y arrive pas, je ne sais pas.

Dans ce cas, je les prends tous, tu me diras celui que tu auras préféré.

Bien mon Prince

La douleur

Je pars donc dans la chambre et reviens avec les trois objets, plus un paddle offert dans son calendrier de l’après et que nous n’avons pas encore vraiment essayé. C’est le premier à s’abattre sur sa peau, elle trouve que ça claque bien. Je lui demande comment elle se sent, « très humiliés« , « très soumise » me dit-elle. C’est le but, et néanmoins sa chatte suinte : les deux objectifs de la séance sont atteints et je peux poursuivre ainsi.

Je prends quelques photos, elle le sait et ça ajoute à son avilissement. Je lui dis qu’elle est belle, c’est important qu’elle le sache, qu’elle prenne confiance et qu’elle puisse être fière d’être humiliée devant moi.

Ariel Anderssen bound in the spreader bar strappado position, naked and ballgagged

Un peu de fouet maintenant. ** Claque **. Immédiatement elle me dit « 4 ». Nous avons l’habitude au début de la séance qu’elle me dise sur une échelle de 1 à 10 combien elle a mal. Je vois qu’elle a commencé m’aiguiller dès le premier coup, elle est lucide et bien éduquée. Je suis très fier, je lui dis. Elle m’a dit « 4 » et pour le  faible coup qu’elle vient de recevoir, cela veux dire qu’elle est est sensible aujourd’hui. En effet, on a tous des jours ou l’on encaisse et d’autres où l’on est fragile. Elle est fragile, là. Je joue au fouet, puis je passe à la badine, et enfin au martinet à 9 queues. J’y suis allé doucement, la douleur la désexcite assez vite et je veux l’abaisser sans la faire pleurer ni la faire craquer.

La honte de la femme objet

Reprise des caresses, elle est réceptive mais calmée de l’excitation par la douleur. Je décide alors de présenter ma queue à sa bouche.

Allez petite chienne, tu es là pour ça, fais ton boulot

Elle suce comme elle peut, la position n’est pas évidente et elle manque d’amplitude. Ce n’est pas assez pour moi, je bouge donc ma queue en elle. Elle supporte tant bien que mal. Lorsque je me retire je vois de la joie et du contentement en elle : c’est finit et elle a bien résisté. Elle a tenu, certes, mais elle se trompe si elle pense que j’en ai fini avec sa bouche. Je caresse sa chatte qui commence à bien mouiller. Puis j’en veux plus : j’attrape ses cheveux et me branle littéralement dans sa bouche, elle peine déjà bien plus, elle gémit, salive beaucoup.

Soumise à genoux mains dans le dos forcée à sucer son maitre

À ce moment, elle est totalement immobilisée, elle ne peux que subir, et je sens qu’elle est vraiment en train de se dire « je suis sa pute, je ne suis plus que son vide couille », il faut que je sois vigilant ou elle craquera. Elle est en confiance, je me retire et constate que des petites larmes ont coulé. Après un tel facefuck c’est logique. Mais elle est sereine et me répond lorsque je l’interroge.

Comment te sens-tu ?

Très, très soumise mon Prince.

Qu’est ce que tu es ?

Je suis ta putain.

Bien, je t’aime.

Un peu de leste en moins

Femme soumise en lingerie attachée mains en l'air

Je suis allé loin, son esprit est très impacté et je peux relâcher son corps : je libère donc ses jambes car elle peine beaucoup. Mon esclave me remercie. Je fouette un peu son cul encore avant de détacher ses poignets. Je repasse ses bras devant elle, vérifie que tout va bien côté circulation et les attache au dessus de sa tête. Ainsi redressée et face à moi, je décide d’utiliser le martinet sur tout son corps.

Il s’agit d’un martinet lourd à 9 queues qui impacte plus qu’il ne claque. Il faut vraiment y aller fort pour faire mal, ce n’est pas ce que je souhaite aujourd’hui. Spontanément, elle se met à compter. « Un… Deux… Trois…« . À chaque coups qui s’abat sur elle compte. Je n’ai rien eu à lui dire, elle comprend que l’échauffement est terminé, que je sais comment elle est sensible et que le reste sera mon choix : lui faire mal ou pas, elle doit compter. Je suis très satisfait d’elle, de son comportement à tout niveau et je lui dis.

De nouveau je la récompense : je la lèche. Elle est toujours attachée et pour moi c’est un délice d’alterner humiliation et plaisir, voir d’associer les deux directement.

Deuxième crochet

Je lui dis de se mettre à quatre pattes, je positionne le manche du martinet dans sa gueule, détache ses poignets et la mène jusqu’à la chambre. Je tire sur la chaîne pour la guider, elle ne voit rien toujours rien. Elle est apprivoisée, docile.

On arrive à la chambre, je la lève et lui dit de se mette à genoux. Je la gratifie de quelques caresses dans cette position, puis la fait s’asseoir sur le bord du

Soumise à genoux attachée mains en l'air tied_on_knees

lit. De nouveau, je la lèche, mais là elle est plus décontractée. Je décide de passer à la suite des réjouissances et la mets sur ses genoux au milieu du lit, sous le crochet fraîchement posé. Le temps de rattacher ses poignets en l’air, elle s’exclame « tu en as mis partout ?! ». Je prends de nouveau quelques photos, puis la caresse. Au moment de rentrer mes doigts en elle, je lui demande « Je peux ? » Elle acquiesce mais elle est surprise que je demande… Elle me rappelle alors que je ne l’ai pas demandé plus tôt dans le salon, bien que je l’ai doigté. Je présente mes excuses, et lui dit que pour me faire pardonner je ne lui ferait plus mal durant la séance : plus de fouet, plus de martinet, pas de travail des tétons ni des seins… Elle accepte, je la branle puis lubrifie et doigte son cul.

Lui remplir le cul, la faire crier

Je lui explique qu’elle doit mettre le crochet, pour que cela se passe au mieux je décide de la laisser faire. Après avoir préparé un peu son cul, je détache ses mains et lui donne l’instrument de sa dégradation volontaire.  Elle le met, il rentre facilement. J’y met une corde et l’attache autour de sa taille. Ça maintient le crochet au fond de son anus et l’empêche de bouger.

Bourgeoise soumise avec un crochet anal

Conscient d’être bien trop excité pour la baiser avec force comme je le veux, je me mets du spray retardant. Je lui annonce que je vais l’attacher au mur et lui demande ce qui est le plus humiliant : 

Tu serais plus humiliée dos à moi ou face à moi ?

De face je pense

Tu es sûre ?

Oui mon Prince

Mon choix

Naturellement, je l’attache de face. Je place une corde autour de chaque membre, je tends bien ses bras mais laisse les jambes faiblement écartées, sans serrer les liens. La chaîne de son cou est également reliée à un crochet au dessus de sa tête. Ça tire sur sa nuque et la gêne beaucoup, je détends donc un peu : le côté humiliant est toujours là, mais sans gêne physique.

Je la caresse puis la branle fermement. Elle se tortille doucement. Je sors un gros vibromasseur « classique » et le pose contre son clitoris. C’est trop tôt, elle me le dit et je le vois. Je place donc plusieurs couches de tissus entre le jouet et elle. La vibration intense mais diffuse lui fait bientôt lâcher des gémissements. D’une main je maintiens le sextoy, de l’autre je tends les cordes de ses chevilles, ses jambes s’écartent au rythme que j’impose mais elle n’y fait pas attention. La chaleur dans son ventre monte encore et encore. Elle est désormais liée en croix. Elle se tord, se cambre, me remercie.

Soumise nue attachée avec un vibromasseur forcée à jouir

Je peux enlever le tissu et plaquer l’engin directement contre elle. Elle crie presque, et malgré les attaches elle plaque sa chatte contre le jouet, elle appuie fort : elle a faim ma petite chienne.

Toujours en tenant le vibro contre elle, je détache ses bras, son cou et enlève le crochet de son cul. Je la penche sur le lit, les jambes toujours tenues par les cordes et reliées au mur. Je présente ma queue contre son cul pour lui rappeler que tous ses trous m’appartiennent à ce moment. C’est très serré, elle me demande de ne pas l’enculer : son cul a eu le temps de bien se refermer. Je décide de ne pas forcer, ce serait lui faire très mal à coup sûr et détruire tout le travail d’excitation.

La baiser, enfin

femme prise à 4 pattes en shibariJ’enfile un préservatif, c’est actuellement notre moyen de contraception, et m’introduis en elle très fermement. Je la baise avec une brutalité rare, elle se branle, je pose un pied sur le lit et la démonte littéralement tandis qu’elle coule  et s’époumone de plaisir. Mon corps claque contre le sien, je reprends le vibro et le plaque contre sa chatte, ce qui la rend encore plus folle. Je suis heureux d’avoir mis du retardant, je peux la prendre comme je le souhaite et nous donner beaucoup de plaisir en la baisant ainsi. Je la laisse tenir le jouet d’une main, je place l’autre dans son dos en la plaquant contre le lit. De mon autre main je saisis ses cheveux et tire dessus intensément, ça lui lève le buste je peux contempler une partie de visage rougie par la friandise qui s’agite en elle. Ça semble ne pas la déranger, elle est vraiment surexcitée.

Elle hurle, se tord contre le vibromasseur mais ne parvient pas à jouir. Moi j’explose en elle pendant qu’elle s’insulte pour moi :

Oui Maître, je suis ta pute, je suis ta putain, je suis ton vide couille ! Rempli moi, rempli ta salope !

L’explosion

Ma soumise me connait bien, elle sait que j’adore, et vraiment je prends un pied incroyable tandis que mon sperme coule dans son ventre. Après mon orgasme, je continue de la baiser.

Blonde soumise attachée cul en l'air et défoncée

Elle se branle, crie, puis son corps entier se relâche d’un coup : je comprends qu’elle abandonne. J’arrête de la prendre et me retire. Je profite de la voir ainsi remplie, suintante de son plaisir et du mien. Je la détache, retire sa cagoule, elle se blottit contre moi, pleure et s’excuse. Mon épouse est heureuse, pleine de plaisir, de frissons mais également de frustration. Ma chienne s’en veut de na pas avoir joui, pour moi, m’offrir le spectacle de son orgasme honteux ainsi attachée et malmenée. Elle s’en veut car elle aurait aimé exploser elle aussi. Je lui dit que c’est normal, que c’était très intense mais qu’elle est fatiguée et qu’il faut qu’elle se laisse aller. Nous prolongeons un peu le moment de tendresse, elle ouvre les yeux et elle peut voir les nouvelles lampes que j’ai posé dans la chambre… Elle est ravie.

Je lui amène de l’eau, puis un verre de punch. Elle lit calmement tandis que je vais cuisiner. Nous avons joué pendant plus de 2 heures, et nous sommes heureux.

After care avec soumise calin

Si cette fantaisie bdsm vous a plu, vous devriez aimer un autre moment que nous avons vécu  : Une soirée de dressage (vraie femme soumise)

Différentes positions pour soumise BDSM

Des positions BDSM

Dans l’univers BDSM, ou plutôt dans les univers BDSM il est souvent fait référence à des postures de soumise. Il y a différentes utilisations : pendant une séance, pour les entraînements ou simplement pour prendre des photographies. Ces attitudes ont toujours plus ou moins existé j’en parle d’ailleurs moi-même dans différents articles. Avec le temps elles sont devenues de plus en plus formelles, notamment au travers des Chroniques de Gor, très irréalistes mais très fantasmées par beaucoup.

En fonction des envies

De part leurs fonctionnalités évidentes, certaines positions sont généralement utilisées pour des rôle précis : mettre un collier à une soumise se fera généralement à genoux ou debout les mains sur la tête. Tandis que pour lui fouetter le cul, je préfère qu’elle soit penchée ou en tout cas, dos à à moi.

Voici quelques exemples que j’ai glané et dont je me sers de temps en temps :

Les trois dernières photos de positions BDSM viennent de https://www.deviantart.com/lexlucas

Amusez-vous bien  8-) 

Et prenez soin de vous.