Soumise mise à l’abattage (vidéos et photos)

Sur des forums, tchats et en vidéo on voit souvent ce terme. Mais qu’est ce que ça veut dire ? On parle souvent d’humiliation publique (public humiliation en version anglaise.) Pour certains c’est un fantasme,  pour d’autres un but à atteindre, une crainte ultime ou un frisson d’un soir… Voyons ensemble deux grandes conceptions :

Qu’est ce qu’une soumise à l’abattage ?

1-La femme bien baisée

On parle ici de l’aboutissement d’un fantasme de femme qui veut être prise rudement par plusieurs hommes, un genre de gang bang mais avec une notion BDSM : la modèle est soumise. Concrètement les hommes sont néanmoins là pour son plaisir à elle, des règles sont clairement établies et rarement la soumise a mal. Les hommes y trouvent leur compte du fait d’une situation excitante, un « vide couille » à disposition. Et puis, il s’agit de montrer qui est le plus fort et qui fera bien crier cette salope !

gang bang squirt
Mise à l’abattage version « vanille » : elle prend bien son pied !

En dehors d’une situation « inhabituelle » et du fait que les hommes soient masqués et rarement la femme, il y a très peu d’humiliation, et globalement aucune prise de risque pour la soumise si c’est géré correctement. En quelques mots, c’est un gang bang mais avec une tenue de soumise. Après on peut trouver humiliant de se faire gicler dedans ou dessus pas 10 bonshommes, mais c’est assumé.

Illustration avec cette vidéo d’une femme française mise à l’abattage tel que je viens de le décrire, elle nous dit clairement « je suis contente et consentante »

 

2- La femme esclave ultime

Bon, ces 5 là ont l’air de pouvoir passer une bonne soirée

Au mieux, là, on utilise le terme abattage dans ce qu’il a de plus direct : le principe est d’être baisée « à la chaîne » par un grand nombre d’hommes. Dans l’idée, plus il y en a mieux c’est.

La spécificité : l’esclave est absolument sans volonté, elle acceptera tout, de tous. Oubliez totalement la notion de limite (checklist) et de safeword Et là j’y vois une possibilité d’abus. La possibilité ? Pas vraiment. Je ne sais pas comment le dire, car ce n’est plus ici une possibilité mais un but à atteindre : qu’on fasse à une personne non pas ce qu’elle aimerait, ou même ce avec quoi elle est d’accord, mais ce qu’on veut d’elle. Il s’agit de faire en sorte non pas qu’elle veuille tout, mais qu’elle ne veuille plus rien : une poupée 

de chair, à baiser, remplir, vider, maltraiter et bien d’autre.

Au quotidien à deux, on observe déjà fréquemment des contradictions entre les envies de l’un et les limites de l’autre. À 20 mâles venus pour défoncer de la salope soumise, j’imagine difficilement qu’on n’atteigne pas les limites de l’objet à souiller. Sauf si, en effet, il n’en a plus aucune… Ce qui me semble impossible : nous sommes humains, nous avons une intégrité physique, psychologique et psychique à préserver pour vivre correctement. Si c’est excitant à lire dans une BD, nous sommes bien différents.

Top départ

Soumise démontée en forêt. Ça vous tente ? Et si on propose aux chasseurs du coin de venir vous baiser aussi ?

Une fois attachée et ouverte, il n’est plus question de donner son avis. Au mieux et avec des personnes responsables et censées, La soumise cesse d’être une femme pour être déshumanisée et devenir des trous à remplir. Le plus souvent, ça impliquera d’être un sac à foutre, à urine, à salive, à crachats… Les scènes se déroulent parfois à l’extérieur, en ville, en forêt, afin de donner un rôle aux passants.

On monte en gamme, mais on reste dans une bonne soirée pour le moment !

La personne sera également violentée : gifles, torture des seins, étirement des lèvres : soit pour se faire plaisir, se défouler, soit pour la rendre plus dociles ou encore pour montrer à cette pute qu’elle n’est plus rien, que même à ces outrages ultimes elle ne bronche plus. L’humiliation est permanente, et à tous niveaux. Tout comme le risque réel pour la soumise.

Il y a des productions spécialisées dans ce type de film…

Etes vous prêtes à ça ?

Être montrée dehors, stop ou encore ?
Si on veut vous ouvrir le cul à ce point, et tirer vos lèvres ? Partante ?
Bon, ça je le fais à la maison, mais devant 15 ou 20 types… C’est différent.
Là déjà, ça devient pas évident à assumer.

Dans un « bon » cas, ça peut donner ça : le cul rempli de foutre par une dizaine d’homme.

Un but à atteindre ?

Chaque binôme / couple possède ses propres règles, ses propres envies, ses propres besoins. Pour certains, souvent novices, l’abattage est une fin, un but à atteindre. Dans la plupart des cas, je pense surtout que l’abattage est la forme la plus aboutie de manipulation d’une personne à qui on a fait croire que c’était bien de faire ça, qu’ensuite elle serait une esclave / personne accomplie. Une fois arrivée à ce stade, la personne est complètement endoctrinée, c’est le but. Du coup pourquoi le dominant ne pousserait pas encore un peu : scatologie, zoophilie, piercing, scalpel, dégradation publique, pourquoi pas devant ses proches ? Le risque d’une fuite en avant dans la dégradation de sa « chose » est réel.

Et souvent le pire

J’ai déjà vu (en vidéo) des femmes traînées par les cheveux dans la pisse et le foutre. Il y a également les clichées racistes, souvent une jolie blonde Blanche complètement détruite par des Noirs. Ne pas utiliser de préservatif est une technique d’humiliation… Et fréquemment des violences difficilement tenable. Si l’humiliation est souvent présente en BDSM, elle généralement contrôlée, avec peu de participant, là c’est bien autre chose. Pensez à ce que vous êtes capable d’assumer le reste de votre vie. Voyez cette annonce :

Je cherche des mecs sans scrupules pour mettre ma femme à l’abattage (caves, cités, parkings souterrains, chantiers, foyers). 
Par contre étant un peu récalcitrante elle à besoin d’être travaillée intensivement dans un pavillon isolé en banlieue parisienne (tabassages, tortures, viols, sodomies). 
Ma demande est réelle et très sérieuse. Je vous demande donc de la discrétion. 
Si ma femme vous intéresse contactez moi rapidement.

Et si on veut essayer ?

Ça rentre plutôt pour la catégorie fantasme et la première description de l’abattage, mais j’ai repéré deux sites qui pourraient vous aider à réaliser certains de vos fantasmes. Nous ne les avons pas essayé mais on en entend du bien :

Je suis à votre écoute pour toutes vos remarques, avis. Si vous avez un témoignage à faire, je suis preneur !

Slow motion : le dressage de soumise en détail (fessée, gifle, spank, slap)

 

Chères lectrices, chers lecteur,

Je ne saurai vous dire exactement pourquoi mais j’adore les vidéos en slow motion, c’est à dire filmées à haute vitesse et passées à 24 images par seconde ce qui nous donne un ralenti. Voir les choses sous cet aspect, voir chaque détail du mouvement et de ses conséquences est assez sympa. Je vous propose donc un florilège de ces vidéos appliquées à notre domaine : slow motion BDSM donc ! Au menu : soumise fessée, femme giflée, esclave fouettée….

Les seins

Commençons en douceur avec un ballon d’eau qui éclate au dessus d’une paire de seins généreux.

Restons dans les seins avec cet échauffement : « Tits slapping » ou gifle sur les seins. Cette jolie blonde (PervyPixie) va se faire torturer les seins. Ce que je trouve particulièrement excitant, ce sont les beaux yeux de la demoiselle, qui a l’air d’en redemander encore et encore… Et ce sourire de plaisir, miam !

 

Le cul

Et maintenant ? Une vidéo que je trouve très élégante d’éducation à l’anglaise, en noir et blanc la femme femme subie le martinet, puis la cravache et enfin, elle est fessée. Cette vidéo est vraiment esthétique !

 

Ensuite une toute courte vidéo avec cette fameuse punition pour soumise : la cravache !

Continuons avec cette autre dressage de soumise : le martinet, la vidéo est peu ralentie mais elle « claque » bien ! Le premier et le dernier coup sont un peu à côté les deux autres sont bien dessus.

 

Une superbe vidéo avec paddle et fessée en slowmo :

 

Passons à la soumise baisée maintenant : le levrette claquée en slowmotion. J’avoue être assez séduit par les mouvements du cul…

 

Après tout cela, autorisons les femmes à jouir… Et à jouir en grand ! Un skirting en slowmotion ? C’est partit !


Et les hommes, aussi… Un creampie en slow motion ?

Je pense personnellement faire une vidéo bientôt, mais avec un bondage simple des seins, ou une soumise montrée dans plusieurs positions et qui serait fessée. N’ayant pas pu trouver de vidéo de soumise giflée, je vais également devoir m’y mettre !

BONUS

Si vous en voulez encore, voici une petite compilation… Avec un peu de tout en slo-mo, mais sans BDSM.
​_

Il y a également la fessée au chocolat, pour ceux qui veulent…

 

Extensions version vanilles

Bonjour chers tipeurs et chers curieux et curieuse !
 
Comme je vous l’avais promis lors de la sortie de la dernière extension : je me suis concentré sur la MàJ de la version vanille qui avait accumulé pas mal de retard.
 
Dès maintenant, les extensions 2, 3 et 4 sont disponibles en version vanille.
 
Je vais donc me concentrer sur d’autres extensions… Des idées ? Des envies ? Des suggestions ?
 
Merci à tous, encore, pour votre soutiens !
 
À très vite,
Intim’

Journal d’une soumise 7 (soumise attachée dans les bois)

Bonjour à tous,

Dans ce nouvel épisode du journal d’une soumise, je vous parlerai de la réalisation d’une action de notre jeu pour soumise.

57 – Promenons-nous dans les bois

Nous allons aller dehors, chez nous, en forêt ou ailleurs et tu seras attachée nue à un arbre.

Au début de ce blog, j’avais montré les photos de ce moment de ma belle salope soumise attachée à un arbre. Je l’avais assez rudement fouetter, comme en témoignent les marques. Réalisée un 30 décembre… Je vous laisse imaginer : les tétons pointaient bien !

Voici ce qu’elle écrit dans son journal, et mes réponses :

Lorsque j’ai pioché cette action, j’ai pensé que ça pouvait être plus ou moins difficile, en fonction de toi et de ce que tu souhaitais faire.

Je n’ai eu aucune difficulté avant l’action, nous avions le temps.

Ce que j’ai aimé ? Ça a été très difficile pour moi. À la rigueur, j’ai aimé que tu ai mis ton manteau chaud sur moi avant de m’attacher et après avoir défait les liens. Et aussi que tu te sois soucié de savoir si j’avais froid pendant.

Ce que je n’ai pas aimé : l’action était vraiment très longue. Et même quand j’ai cru que c’était fini, après le fouet et une fois mes poignets libérés, quand tu m’as fait m’allonger parterre, nue, c’était dur.

Ce que j’aurai aimé en plus : j’aurai bien évidemment aimé que ce soit moins dur.

Ce que j’ai pensé de mon comportement : J’ai pensé que j’avais fait vraiment de mon mieux.

Ce n’est pas vraiment la question Princesse.

Je pense que je me suis bien comportée, d’après ce que je me souviens.

Difficulté avant : 0/5.

Difficulté pendant : 5/5 (le froid, le fouet)

L’humiliation : 5/5

Qu’est ce que tu as trouvé humiliant ?

Être attachée nue, et puis le moment ou tu m’as demandé de m’allonger par terre, sur le sol gelée, humide, comme une chienne.

Ma fierté après : 4/5

À quel point j’aimerai le refaire : 0/5

Cette nouvelle tranche de vie est terminée, qu’en avez vous pensez ? Avez vous déjà vécu quelque chose de similaire en tant que Dominant ou soumise ?

À très bientôt 🙂

Journal d’une soumise 6 (récit BDSM)

Je souhaite aujourd’hui partager avec vous le fruit du travail de ma soumise, lors d’un nouvelle épisode du journal d’une soumise. L’article d’aujourd’hui était d’écrire un récit de soumission. Voici l’action piochée :

59 – La soumise écrivaine
Tu dois écrire un récit qui nous met en scène, l’histoire de ce texte sera  majoritairement une séance de dressage. Le but est que ce récit me plaise bien sûr… !

Voici les mots qu’elle a couché pour moi :

Séance de dressage d’une chienne soumise

          Le Maître travaillait sur son ordinateur lorsqu’il demanda à sa Soumise de s’approcher de lui. Elle s’avança donc et il lui demanda de se déshabiller sous ses yeux, ce qu’elle fit timidement avant de recevoir l’ordre d’aller sortir sa tenue d’esclave et plusieurs objets de dressage. Elle dûe également,  préparer une bassine d’eau ainsi que le matériel de lavement.

          Lorsque la soumise eut obéit, le Maître l’emmena, à quatre pattes tirée par les cheveux, à la douche. Pendant qu’il profitait de l’eau chaude de la douche, il glissa le tuyau de lavement dans l’anus de sa chienne et commença à la remplir, avant de lui ordonner de se vider devant lui, sur les toilettes toutes proches de la baignoire. Une fois de lavement terminé, le Maître finit de laver sa chienne et lui ordonna d’enfiler les habits qu’elle avait sorti. Il lui inséra alors un plug dans l’anus et un anneau dans la bouche, puis il pinça les tétons de son esclave en lui demandant de le prévenir lorsque les pincements deviendraient trop douloureux. Au bout de quelques secondes, l’esclave fit signe à son Maître que c’était trop dur de tenir plus longtemps et le Maître s’arrêta, avant de recommencer quelques fois. Il saisit ensuite la laisse de sa chienne pour l’emmener faire une petite promenade. Vêtue d’une tenue de chaînes en métal, d’un collier, d’un anneau dans la bouche et d’un plug dans son cul, la putain c’est fait traînée en dehors de leur appartement, fermement tirée par une laisse.

          Après quelques secondes de balades, il demanda à sa chienne de s’asseoir, il ouvrit sa braguette et sorti son pénis bien dur de son pantalon. Le Maître ordonna à sa chienne de lui lécher ses testicules et sa queue, à travers l’anneau qui lui ouvrait la bouche de manière gênante. Le Maître savoura pleinement la langue de sa putain sur son sexe, de plus en plus dur, puis il remmena sa chienne soumise à l’appartement. Le Maître s’absenta de la chambra après avoir ordonné à sa putain de se caresser. Il revint et demanda à son esclave de fermer les yeux et d’ouvrir la bouche. Il retira l’anneau humiliant et glissa un glaçon dans la bouche de sa salope, qu’elle devait bien sûr garder sauf contre-ordre. Le Maître sorti alors son fouet : bien que son esclave avait parfaitement obéit jusque là, ça lui faisait terriblement plaisir de la fouetter quand même.

intime-photographie.fr inspiration (23)

          Il pencha son esclave, elle pu poser ses mains sur  le lit, puis son Maître lui donna des coups de fouet sur son joli cul, sur son ventre, sur son dos, et ses jambes… L’esclave ne pouvant par parler jusque là à cause du glaçon, pu enfin dire à son Maître à quel point c’était dur pour elle car le glaçon avait fondu, et des larmes coulait le long de ses joues. Le Maître mis à genoux son esclave et lui glissa sa belle queue dans sa bouche très fraîche de salope. Heureuse de le servir au mieux, elle salivait beaucoup. Il fit des aller-retours dans la bouche de sa petite pute et lorsque celle-ci fût réchauffée il pencha sa soumise sur le lit et lui retira le plug pour y introduire sa queue à la place. Bien qu’habituée à être sienne par tout les trous, son cul était malgré tout encore un peu serré, ce qui le ravit d’autant plus. Il éprouva un plaisir immense à pénétrer le cul de sa bonne esclave, qu’il fessa avec vigueur avant de lui demander de tirer le plus possible sur ses fesses pour s’ouvrir. Avant de jouir, il sorti son sexe et se branla pour gicler sur le cul et la chatte de sa soumise bien ouverte. Le Maître fût comblé et félicita sa bonne soumise, qui pu se blottir sans ses bras et l’embrasser enfin.

Fin.

         Qu’en pensez-vous ?

Mise à jour du jeu (3.2)

Bonsoir à tous, c’est partis pour la version 3.2 du jeu

Le principe est explicité ici : Jeu pour soumise : comment débuter BDSM ? (Téléchargement)

Pour les nouveautés :

Modification 3.1 → 3.2 Septembre 2017 (version pour contributeurs)

  • Ajout de 10 actions : 171 à 180
  • Ajout de 4 punitions : 21 à 24
  • Ajout de règles dans le contrat de soumission, remise en forme et correction orthographe
  • Ajout de remerciements à Mordan, Vénus Callypige, Chloé et Clyds, BenSan, premiers contributeurs payant
  • Déplacement des notes de version ancienne, ajout dans le sommaire

 

Bonne mise à jour pour certaines, bon début pour d’autres !