Journal d’une soumise 7 (soumise attachée dans les bois)

Bonjour à tous,

Dans ce nouvel épisode du journal d’une soumise, je vous parlerai de la réalisation d’une action de notre jeu pour soumise.

57 – Promenons-nous dans les bois

Nous allons aller dehors, chez nous, en forêt ou ailleurs et tu seras attachée nue à un arbre.

Au début de ce blog, j’avais montré les photos de ce moment de ma belle salope soumise attachée à un arbre. Je l’avais assez rudement fouetter, comme en témoignent les marques. Réalisée un 30 décembre… Je vous laisse imaginer : les tétons pointaient bien !

Voici ce qu’elle écrit dans son journal, et mes réponses :

Lorsque j’ai pioché cette action, j’ai pensé que ça pouvait être plus ou moins difficile, en fonction de toi et de ce que tu souhaitais faire.

Je n’ai eu aucune difficulté avant l’action, nous avions le temps.

Ce que j’ai aimé ? Ça a été très difficile pour moi. À la rigueur, j’ai aimé que tu ai mis ton manteau chaud sur moi avant de m’attacher et après avoir défait les liens. Et aussi que tu te sois soucié de savoir si j’avais froid pendant.

Ce que je n’ai pas aimé : l’action était vraiment très longue. Et même quand j’ai cru que c’était fini, après le fouet et une fois mes poignets libérés, quand tu m’as fait m’allonger parterre, nue, c’était dur.

Ce que j’aurai aimé en plus : j’aurai bien évidemment aimé que ce soit moins dur.

Ce que j’ai pensé de mon comportement : J’ai pensé que j’avais fait vraiment de mon mieux.

Ce n’est pas vraiment la question Princesse.

Je pense que je me suis bien comportée, d’après ce que je me souviens.

Difficulté avant : 0/5.

Difficulté pendant : 5/5 (le froid, le fouet)

L’humiliation : 5/5

Qu’est ce que tu as trouvé humiliant ?

Être attachée nue, et puis le moment ou tu m’as demandé de m’allonger par terre, sur le sol gelée, humide, comme une chienne.

Ma fierté après : 4/5

À quel point j’aimerai le refaire : 0/5

Cette nouvelle tranche de vie est terminée, qu’en avez vous pensez ? Avez vous déjà vécu quelque chose de similaire en tant que Dominant ou soumise ?

À très bientôt 🙂

Journal d’une soumise 6 (récit BDSM)

Je souhaite aujourd’hui partager avec vous le fruit du travail de ma soumise, lors d’un nouvelle épisode du journal d’une soumise. L’article d’aujourd’hui était d’écrire un récit de soumission. Voici l’action piochée :

59 – La soumise écrivaine
Tu dois écrire un récit qui nous met en scène, l’histoire de ce texte sera  majoritairement une séance de dressage. Le but est que ce récit me plaise bien sûr… !

Voici les mots qu’elle a couché pour moi :

Séance de dressage d’une chienne soumise

          Le Maître travaillait sur son ordinateur lorsqu’il demanda à sa Soumise de s’approcher de lui. Elle s’avança donc et il lui demanda de se déshabiller sous ses yeux, ce qu’elle fit timidement avant de recevoir l’ordre d’aller sortir sa tenue d’esclave et plusieurs objets de dressage. Elle dûe également,  préparer une bassine d’eau ainsi que le matériel de lavement.

          Lorsque la soumise eut obéit, le Maître l’emmena, à quatre pattes tirée par les cheveux, à la douche. Pendant qu’il profitait de l’eau chaude de la douche, il glissa le tuyau de lavement dans l’anus de sa chienne et commença à la remplir, avant de lui ordonner de se vider devant lui, sur les toilettes toutes proches de la baignoire. Une fois de lavement terminé, le Maître finit de laver sa chienne et lui ordonna d’enfiler les habits qu’elle avait sorti. Il lui inséra alors un plug dans l’anus et un anneau dans la bouche, puis il pinça les tétons de son esclave en lui demandant de le prévenir lorsque les pincements deviendraient trop douloureux. Au bout de quelques secondes, l’esclave fit signe à son Maître que c’était trop dur de tenir plus longtemps et le Maître s’arrêta, avant de recommencer quelques fois. Il saisit ensuite la laisse de sa chienne pour l’emmener faire une petite promenade. Vêtue d’une tenue de chaînes en métal, d’un collier, d’un anneau dans la bouche et d’un plug dans son cul, la putain c’est fait traînée en dehors de leur appartement, fermement tirée par une laisse.

          Après quelques secondes de balades, il demanda à sa chienne de s’asseoir, il ouvrit sa braguette et sorti son pénis bien dur de son pantalon. Le Maître ordonna à sa chienne de lui lécher ses testicules et sa queue, à travers l’anneau qui lui ouvrait la bouche de manière gênante. Le Maître savoura pleinement la langue de sa putain sur son sexe, de plus en plus dur, puis il remmena sa chienne soumise à l’appartement. Le Maître s’absenta de la chambra après avoir ordonné à sa putain de se caresser. Il revint et demanda à son esclave de fermer les yeux et d’ouvrir la bouche. Il retira l’anneau humiliant et glissa un glaçon dans la bouche de sa salope, qu’elle devait bien sûr garder sauf contre-ordre. Le Maître sorti alors son fouet : bien que son esclave avait parfaitement obéit jusque là, ça lui faisait terriblement plaisir de la fouetter quand même.

intime-photographie.fr inspiration (23)

          Il pencha son esclave, elle pu poser ses mains sur  le lit, puis son Maître lui donna des coups de fouet sur son joli cul, sur son ventre, sur son dos, et ses jambes… L’esclave ne pouvant par parler jusque là à cause du glaçon, pu enfin dire à son Maître à quel point c’était dur pour elle car le glaçon avait fondu, et des larmes coulait le long de ses joues. Le Maître mis à genoux son esclave et lui glissa sa belle queue dans sa bouche très fraîche de salope. Heureuse de le servir au mieux, elle salivait beaucoup. Il fit des aller-retours dans la bouche de sa petite pute et lorsque celle-ci fût réchauffée il pencha sa soumise sur le lit et lui retira le plug pour y introduire sa queue à la place. Bien qu’habituée à être sienne par tout les trous, son cul était malgré tout encore un peu serré, ce qui le ravit d’autant plus. Il éprouva un plaisir immense à pénétrer le cul de sa bonne esclave, qu’il fessa avec vigueur avant de lui demander de tirer le plus possible sur ses fesses pour s’ouvrir. Avant de jouir, il sorti son sexe et se branla pour gicler sur le cul et la chatte de sa soumise bien ouverte. Le Maître fût comblé et félicita sa bonne soumise, qui pu se blottir sans ses bras et l’embrasser enfin.

Fin.

         Qu’en pensez-vous ?

Journal d’une soumise 5

Voici un nouvel épisode du journal d’une soumise !

Voici l’action qu’avait pioché ma soumise de notre jeu :

67 – Elle a un collier ?
Nous allons sortir quelque part, tu porteras ton collier de chienne (cinéma, course ou autre). Pioches une autre carte.

Et voici ce qu’elle a écrit après avoir réalisée l’action :

Action « d’exhibition » qui peut être dure à réaliser, du coup je souhaitais la sortie « ciné » si possible ^^.

La difficulté c’était surtout de trouver la sortie la faire. Tu as été très indulgent, nous sommes allez au cinéma à moto et tu m’as autorisé à porter mon joli collier en argent et mon collier de chienne seulement au cinéma. Tu aurai pu en contrepartie me demander de me mettre nue sous mon gilet par exemple… J’ai pensé que je n’avais pas eu l’âme à être très soumise ce jour là et tu as été compréhensif.

Difficulté avant action : 1

Douleur pendant action : 0

Humiliation : 2, le fait de porter un collier, même élégant, en public.

Mon plaisir : 3 (je t’ai même proposé une idée en contrepartie ! 😉 )

Ma fierté : 2, je n’ai pas eu à faire grand chose

À quel point j’aimerai le refaire : 2.

Voici ma réponse :

J’ai du mal à te relire, tâche de faire attention. J’ai été très satisfait, surtout par ta proposition. Essaye de te rappeler toutes les fois où tu m’as trouvé indulgent lorsque une fois tu me trouveras (un peu) dur.

Cette idée est à garder si tu veux me faire une surprise !

À bientôt pour un nouvel épisode, j’aurai plaisir à lire vos commentaires, comme toujours.

Intim’

Journal d’une soumise 4

Bonjour, voici un nouvel extrait de ce que ma soumise a écris dans son journal d’une soumise. Pour ceux qui viendraient de découvrir ma galerie, son journal est lié à notre jeu mensuel avec soumise.

Suite à un certain nombre de fautes de sa part : retard dans le cahier, action mal réalisée, oublie de piocher ses actions, mauvaise volonté manifeste et une ou deux autre choses,  nous avions convenu qu’elle devait être punie. Après quelques échanges, ma femme et moi avons décidé de la punition qui convenait :

  • 10 à 12 coups de fouet sur les fesses
  • Elle devait me dire quelque chose avant et après le fouet
  • Durant 4 jours, dès qu’elle arriverait à la maison elle se mettrai à genoux et je pourrais mettre mes doigts dans sa bouche et dans sa gorge pour (cela l’entraîne, l’humilie et me plaît beaucoup)
  • Durant ces 4 même jours, elle porterait un collier de chienne chez nous

Voici le petit mot qu’elle m’a lu avant le fouet :

À mon Maître et Amour,

Aujourd’hui tu me punis car j’ai parfois manqué à mon devoir d’être une bonne soumise pour toi. Je le reconnais, c’est pourquoi de ton fouet tu vas m’infliger cette punition, à moi, ta putain, pour faire de mois une esclave plus docile.

Et après la courte séance :

Voilà, tu as corrigé ta petite pute par ces claquements de fouet. Merci mon Maître de faire de moi une bonne chienne soumise.

Ta soumise, qui t’aime

Dans son cahier, ma soumise a noté :

Je suis contente que ai ais bien voulu prendre en compte ma défense et que tu revois à la baisse ma punition. 🙂

Les coups de fouet étaient pour la plupart supportables, certaines mêmes presque agréable, d’autres beaucoup moins…

En ce qui concerne les doigts dans la gorge, c’était une punition un peu désagréable mais pas trop dure.

Voilà pour aujourd’hui…

Que pensez-vous de la punition, et le manière dont elle a été orchestrée ?

Au plaisir de vous lire,

Intim’

Journal d’une soumise 3

Bonjour,

Voici ce que ma soumise a écris lors de l’action

56 – Coule pourmoi

Tu devras porter le bâillon ou l’écarteur pour ta bouche, te mettre à genoux et laisser couler ta salive sur le gode en verre que tu tiendras dans tes mains.

 

J’ai pensé que c’était bien une action de soumission pour une esclave mais sans être trop dure.

La difficulté rencontré était que je n’avais pas compris que tu voudrais ensuite mettre le gode dans ma chatte, hors j’avais mes règles ce jour là.

Ce que j’ai aimé pendant l’action : voir ton regard excité lors ma salive a coulée sur ta queue.Ce que j’aurai aimé en plus : faire l’action jusqu’au bout comme tu le voulais si je n’avais pas eu mes…

Mon comportement : bon je crois

La difficulté pendant : 0/5

La douleur : 1 (la mâchoire…)

L’humiliation : 3 (d’avoir à baver comme une chienne…)

Mon plaisir : 3 (5 si j’avais pu avoir ta queue bien humide !)

Ma fierté : 4

A quel point j’aimerai le refaire :5

Voilà, c’est tout pour aujourd’hui 😉

Que pensez-vous de cette action et du ressentie de ma Belle ?

Au plaisir,

Intim’

Journal d’une soumise 2

Bonjour,

Nous savons tous que nous ne sommes pas parfait. Seulement, lorsqu’on est une soumise, une erreur peut entraîner une punition.

Pour diverses raison, il y a quelques années ma soumise devait-être punie voici la proposition de punition que j’avais réalisé :

Je vais fouetter ton joli petit cul, le nombre dépend du nombre de jour ou tu recevras le fouet. Je te laisse choisir :

  • 2 soirs de suite : 10 claquements chaque soir (20 au total)
  • 3 soirs de suite : 8 claquements chaque soir (24 au total)
  • 4 soirs de suite : 7 claquements chaque soir (28 au total)
  • 5 soirs de suite : 6 claquements chaque soir (30 au total)

Tu devras, chaque soir, te présenter devant moi, baisser ton pantalon sans l’enlever ou bien remonter ta jupe. Pense à compter. Je dois savoir avant de rentrer ce soir combien de jours tu choisie.

Il s’agissait d’une proposition, à laquelle ma soumise a répondu avec de bon arguments et nous avons convenu ensemble de sa peine aménagée, également parce que nous avons prévu d’aller à la piscine en fin de semaine et que nous ne pouvions nous permettre de grosses marques.

Punition :

  • 10 coups de fouet le jour 1
  • Pendant 4 soirs de suite, tu te mettras à genoux en rentrant, je te mettrais ton collier et j’enfoncerai mes doigts dans ta gorge, à volonté.
  • Avant et après ta punition, tu me diras un mot de remerciement pour faire de toi une bonne soumise.

Et voici ce qu’elle ma dit avant et après sa punition :

Avant :

À mon Maître et Amour, aujourd’hui tu me punis car j’ai parfois manqué à mon devoir d’être une bonne soumise pour toi. Je le reconnais, c’est pourquoi de ton fouet tu vas m’infliger cette punition, à moi, ta putain, pour faire de moi une esclave plus docile.

Après :

Voilà, tu as corrigé ta petite pute par ces claquements de fouets. Merci mon Maître de faire de moi une bonne chienne soumise.

Ta petite soumise, qui t’aime.

 

Voici ce qu’elle avait écrit dans son cahier :

Je suis contente que tu ai bien voulu prendre en compte ma défense, et que tu revois à la baisse ma punition. Les coups de fouets étaient pour la plupart supportables, certains même presque agréables, d’autres beaucoup moins… En ce qui concerne les doigts dans la gorge, c’était une punition un peu désagréable mais pas trop dure.

Moi, j’ai bien aimé cette punition et la manière dont elle c’est déroulée. Qu’en pensez-vous, cher lecteurs et lectrices ?

Au plaisir de vous lire,

Intim’

Journal d’une soumise 1

Bonsoir,

Aujourd’hui j’inaugure une nouvelle rubrique : journal d’une soumise. Dans cette rubrique, je partagerai directement les mots ou les avis de ma soumise.

Aujourd’hui, je commence avec la lettre qu’elle ma écrite lors de l’action n°2 de mon jeu mensuel.

Pour mémoire :

2 – Parles moi…

Faire une déclaration d’amour ET de soumission. (Sous la forme que tu veux : SMS, mms, direct, poème, lettre, etc)

Ma soumise a choisi de réaliser une photo d’elle à genoux, avec un bâillon-anneau dont partent deux pinces accrochée aux tétons. Puisqu’il y a son visage, je la garde pour moi. voici la lettre manuscrit qu’elle a joint :

 

Déclaration d’amour et de Soumission à mon Maître

À mon maître,

Un jour, tu m’as demandé si je voulais être ta soumise, je t’aimais et j’aimais nos jeux d’amours, c’est donc par amour pour toi mon Maître que j’ai accepté ta domination.

Depuis ce jour, tu t’exerces à faire de moi une parfaite petite chienne. Parfois, tu es dur, tu me fesses ou me fouette jusqu’à laisser des marques sur mon petit cul de salope, afin d’assouvir ton désir et de mettre à l’épreuve mon obéissance et ma soumission envers toi. Je m’efforce alors d’être obeissante pour que tu sois fier de moi, même si ces moments sont très durs pour moi.

Des fois, tu m’humilies en me traitant telle une esclave comme les fois où tu me craches dessus, où tu me gifles, ou encore lorsque tu me fais m’uriner dessus devant toi. D’autres fois encore tu te sers de moi comme ton vide couille, tu pénètres alors ton pénis bien dure dans ma chatte, mon petit cul ou bien ma bouche afin de te satisfaire et de faire couler en moi ton liquide. Dans ces moments-là je n’éprouve pas toujours de plaisir sexuel car ce n’est pas là le but, seulement toi peux éprouver du plaisir, mon devoir est d’être une bonne putain et mon plaisir est ta fierté. Malgré ça, tu sais aussi être doux et me récompenser.

Et puis, il y a des fois ou même en étant soumise j’éprouve du plaisir sexuel. Dans ces moments, j’ai plus l’impression de jouer un rôle de soumise ou de putain, c’est donc que je prends plaisir à prendre soin de toi et exaucer tes désirs. Tu me laisses faire et j’aime alors caresser ton corps, t’embrasser, caresser ton sexe puis le tenir dans mes mains fermement et le branler, je te sens alors durcir, je te sens chaud. Lorsque tu es bien dur, j’aime lécher ton sexe puis le mettre dans ma bouche et le sucer, le branler, je t’entends alors gémir, là je ressens l’excitation et ma chatte commence à couler. Elle n’attend que ta belle queue. Mais je ne suis pas là pour mon plaisir, mais pour le tien. Alors je t’enfonce dans ma gorge car c’est là ton désir. Afin d’assouvir d’autres plaisirs je te fais alors rentrer doucement dans mon cul encore bien serré, je me sens comme ta putain, ça m’excite beaucoup, je me caresse, je me branle, tu m’attrape les fesses fermement ou me pince les tétons, je suis tellement excité que ça me fait du bien. Lorsque je te sens à bout, je te demande comment tu souhaites jouir, ton plaisir est comble et moi je suis fier d’avoir accomplie mon devoir.
Je t’aime mon amour.

Ta soumise.

Avant d’écrire, elle était un peu inquiète, voici ce qu’il y a dans son cahier « Qu’est ce que je vais pouvoir écrire ? Qu’est ce que tu entends pas « amour et soumission » ? »

Elle a aimé « réaliser les photos et préparer la surprise ».

Voilà, je garde le reste 🙂

Un avis ?

Au plaisir,

Intim’